Prévention du cancer de la peau : le télédépistage

a revoir

Présenté parElise Lucet

Diffusé le 30/05/2013Durée : 00h50

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Ces participants donneront un cours de français ou de braille 1/3 des Français ont recours au troc.

Une tache brune ou un grain de beauté qui se développe ? 300 centres de dépistage proposent ce jour des consultations gratuites. Les clichés sont transmis à une plate-forme technique de Bagnolet, où l'analyse est faite en temps réel.

Ces taches inquiètent Francis Gigon. A l'occasion de la journée de dépistage, ce retraité charentais les montre à un généraliste. Les dermatologues sont à plus de 500 km dans ce centre en région parisienne.

Ici, on a une lésion de plusieurs couleurs.

De Charente-Maritime, le médecin leur envoie des photos de cette lésion suspecte.

On a va faire un second cliché avec un dermoscope, une grosse loupe avec un éclairage.

Des clichés envoyés par mail via le smartphone.

Deux des cinq spécialistes présents examinent ce cas.

A priori, ce n'est pas inquiétant. On regarde la dermoscopie. C'est tout à fait bénin.

Une réponse transmise par mail.

Lésion non suspecte, kératose séborréïque. Donc pas de problème avec cette lésion.

Francis Gigon est ravi d'une réponse aussi rapide.

Chez un dermato, il faut 5 à 6 mois pour avoir une consultation.

Pour le syndicat des dermatologues qui organise l'opération, le télé-dépistage répond au problème des déserts médicaux.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==