Polynésie : coraux à protéger

a revoir

Présenté parJulian Bugier

Diffusé le 28/10/2013Durée : 00h40

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Notre carnet de voyages et direction ce soir les lagons de rêve de la Polynésie où des biologistes tentent de sauver les coraux menacés. Leur environnement de travail est évidemment magnifique, mais leur tâche est capitale car il en va de l'avenir de la biodiversite.

C'est une île mythique, Bora-Bora et son lagon. Cette piscine naturelle, c'est un peu le bureau de Denis Schneider. Ce biologiste marin et son équipe y travaillent depuis 15 ans. Si à première vue le lagon semble splendide, pour un spécialiste, nombre de coraux sont sur le point de mourir.

Il est joli aujourd'hui, mais c'est ce qui est au dessus du sable. Par contre, ce qui est dans le sable est tout blanc, est mort.

Sous l'eau, ensablement, réchauffement climatique et cyclones ont eu raison des coraux. Toutes les semaines Denis Schneider et son équipe vont récolter des coraux en perdition. Ils ramassent ceux posés sur le sable, ils ont été arrachés du récif par des vagues de plus en plus fortes.

La récolte a été formidable, c'est un site complètement agresse. On a 50 % des coraux qui sont morts.

Les animaux sélectionnes peuvent encore être sauvés car ils ont tous, en superficie, une partie vivante.

En 15 ans, les biologistes ont récolté plus d'une dizaine de milliers dans les lagons de Bora-Bora.

Ils conduisent les coraux dans leur nurserie, au milieu d'un hôtel de luxe.

C'est la structure idéale pour les coraux.

Idéale car ce récif est alimenté en électricité. Par électrolyse, le calcium, indispensable aux coraux, est attiré sur la structure. Les plongeurs posent les parties vivantes des animaux au contact du métal pour les alimenter en calcium.

Les coraux survivent beaucoup mieux, cicatrisent et grandissent plus vite. Et surtout, ils résistent beaucoup plus au stress.

Au final les massifs coralliens sont aussi beau qu'au naturel. Grâce au bouturage, les biologistes cultivent des espèces menacées. Comme pour les plantes, il suffit de couper des petits bouts de corail.

Ces animaux vont permettre la dispersion de l'espèce. Ils vont favoriser cette espèce en voie de disparition.

D'autant que les animaux sauvés dans l'enceinte de l'hôtel vont se reproduire bien au-delà. Les coraux pondent des larves.

Les larves vont se déplacer au gré des éléments, elles vont coloniser de nouvelles zones dans le reste du lagon.

Ces coraux vont faire des petits dans tout le lagon de l'île. La preuve que l'homme peut aussi réparer les dégâts qu'il a causes. Selon les études les plus péssimistes, 95 % des récifs de la planète sont menacés de disparition d'ici 2050.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==