Parlement européen : des alliances en vue chez les écologistes ?

Le Parlement européen va devenir plus vert. Le nombre d'eurodéputés écologistes passe d'une cinquantaine à 69, sur 751 sièges au total. La France et l'Allemagne vont fournir le plus gros contingent. Mais comment vont-ils travailler ensemble ?

Franceinfo

En France, Yannick Jadot (EELV) refuse la main tendue de François de Rugy (LREM) qui lui propose de s'allier avec les centristes libéraux. "On ne va pas faire de coalition avec les libéraux. Si quand on se bat sur les énergies renouvelables ou quand on se bat sur la réforme de la PAC, ils viennent sur nos positions, tant mieux", a lancé le député européen EELV sur franceinfo.

Un consensus européen

En Allemagne, les choses sont bien différentes : les verts n'hésitent pas à gouverner avec les conservateurs. C'est le cas dans trois gouvernements régionaux. "Ils sont moins radicaux et moins anticapitalistes que peuvent l'être d'autres partis écolos au Danemark, aux Pays-Bas ou en France", analyse Simon Persico, professeur de sciences politiques. Quoi qu'il en soit, au niveau européen, les Verts allemands et français défendent bien les mêmes idées. Il n'est donc pas question de soutenir des propositions libérales.

L\'hémicycle du Parlement européen à Strasbourog, le 13 février 2019.
L'hémicycle du Parlement européen à Strasbourog, le 13 février 2019. (FREDERICK FLORIN / AFP)