REPLAY. Présidentielle 2022 : "Aujourd'hui, c'est nucléaire contre énergies renouvelables", estime le candidat écologiste Yannick Jadot au 20 heures de France 2

Depuis sa victoire à la primaire des écologistes, Yannick Jadot invite ses adversaires de gauche à le rejoindre.

Ce qu'il faut savoir

Avec la COP26, l'écologie a fait la une de l'actualité. Le candidat écologiste à la présidentielle, Yannick Jadot, beaucoup moins. Sorti vainqueur d'une courte tête le 28 septembre de la primaire d'Europe Ecologie-Les Verts, qui l'opposait au second tour à Sandrine Rousseau, l'eurodéputé était l'invité du "20h22" de France 2, jeudi 18 novembre. Alors qu'Emmanuel Macron a annoncé la relance de la construction de réacteurs nucléaires sur le sol français, ainsi qu'une rallonge de 1,9 milliard d'euros aux sept milliards déjà prévus pour financer le développement de la filière hydrogène, l'ancien dirigeant de Greenpeace France connaît un début de campagne discret. 

Un plaidoyer pour les énergies renouvelables"Le renouvelable crée trois fois plus d'emplois" que le nucléaire, a affirmé le candidat à la présidentielle. Il est possible, selon lui, d'avoir fermé l'ensemble du parc nucléaire français en 2045. "Aujourd'hui, c'est nucléaire contre énergies renouvelables."

"Pas de problème avec l'immigration".  "Cela relève de notre devoir d'humanité", a déclaré Yannick Jadot en évoquant les questions d'immigration. Le regroupement familial est une "obligation humaine, au regard du droit international", a-t-il poursuivi. "Non, la France n'est pas 'zemmourienne'", a-t-il ajouté, appelant à "régulariser ces personnes" que la France expulse.

 "La volonté du président biélorusse est de déstabiliser l'UE." "L'Europe perd toute morale en laissant des personnes mourir de froid", a déclaré Yannick Jadot en début d'entretien, interrogé sur la situation des migrants coincés à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie.

 Il fustige l'"échec" des dirigeants à la COP26. Yannick Jadot avait estimé lundi que l'accord signé à Glasgow (Ecosse) était "incontestablement un échec". Sur France Inter, il avait pointé la responsabilité "des dirigeants et des gouvernements qui, aujourd'hui, sont dans un conformisme des politiques et dans une complaisance vis-à-vis des lobbies qui les empêchent d'avancer".

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #PRESIDENTIELLE

23h37 : Bonsoir @NuitSansVent, vous avez raison, le nucléaire est une source d'énergie pilotable, c'est-à-dire qu'on peut la déclencher au besoin. Le dernier rapport de RTE lui laisse d'ailleurs une part belle à l'horizon 2050. Le scénario Negawatt imagine un mix énergétique 100% renouvelable, avec une complémentarité des différentes sources. Je ne saurais que vous conseiller de lire ces rapports pour vous faire votre opinion. Et on oublie trop souvent dans tout ça un autre point important : la sobriété. "Le principal risque du nucléaire, c'est aussi la fuite en avant" de la consommation, commentait par exemple le philosophe Dominique Bourg.

23h36 : bonsoir FI. Concernant la comparaison des coûts des énergies, on comparer des choux et des carottes: le Nucléaire produit une énergie pilotable tout le temps disponible. On fait comment en cette nuit du 18 Novembre ou il y a peu de vent (et donc pas de production solaire) sans nucléaire ? On ne se chauffe pas, on ne prend plus le train ?? Merci

23h11 : Yannick Jadot était l'invité de "20h22" sur France 2. Voici les séquences à retenir :

• Alertant sur une urgence humanitaire à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne, le candidat a appelé l'Union européenne appelle à accueillir ces "quelques milliers" de personnes qui "meurent de froid dans la forêt biélorusse".


• Il s'est exprimé sur l'immigration, thème qui revient à chaque campagne électorale. "Moi je ne vois pas de problème avec l'immigration en France aujourd'hui", a-t-il déclaré.


• Alors qu'Emmanuel Macron a annoncé la relance de la construction de réacteurs nucléaires sur le sol français, Yannick Jadot a fait valoir la baisse du coût des énergies renouvelables.

21h13 : Nous vous en parlions plus tôt dans ce live : pendant l'interview de Yannick Jadot, "L'Œil du 20 heures" a noté l'évolution de son avis sur la voiture électrique. Voici la séquence :

21h09 : Bonjour , le graphique qu'a présenté Yannick Jadot sur le coût des sources d'énergie est visiblement issu du "World Nuclear Industry Status Report" (document PDF en anglais).

21h07 : Joli graphique, mais quelles sont les sources ? Sur quelles bases ? Un peu facile de faire "Regardez mon joli graphique"...

20h55 : L'interview du "20h22" de France 2 vient de se terminer. On rembobine ? Voici la séquence dans son intégralité :

20h43 : "On veut un milliard pour traiter des violences conjugales", poursuit Yannick Jadot, évoquant en fin d'intervention la question des inégalités. Il propose de s'inspirer de l'Islande pour obtenir l'égalité des salaires entre hommes et femmes et de s'inspirer du Mexique pour obtenir la parité à l'Assemblée nationale.

20h43 : "Ma conviction c'est que l'écologie, parce qu'elle ne lâche rien sur les valeurs de la République, est la seule qui fait face au défi du climat, à l'effondrement du vivant."

Yannick Jadot était interrogé sur la primaire populaire, à laquelle il ne participe pas. "Au printemps dernier, j'ai tendu la main aux responsables politiques de gauche", a-t-il souhaité rappeler.

20h40 : "Le renouvelable crée trois fois plus d'emplois" que le nucléaire, poursuit Yannick Jadot, en clôture de cette séquence sur les énergies.

20h41 : "Des scénarios montrent qu'en 2045 on peut avoir fermé l'ensemble du parc nucléaire, c'est ce que nous ferons."

Yannick Jadot continue sur le sujet du nucléaire, soutenant le renouvelable.

20h38 : "Au fur et à mesure qu'on développera les énergies renouvelables, on fermera les centrales nucléaires."

20h38 : Le choix que la France doit faire, c'est est-ce qu'on investit dans le nucléaire ? Est-ce qu'on investit dans les renouvelables ?", explique Yannick Jadot. Graphique à l'appui, il explique que le prix de l'énergie photovoltaïque a été divisé par 10. "Le nucléaire proposé par Macron est deux fois plus cher que l'électricité renouvelable que je propose."



20h36 : "Aujourd'hui c'est pas pétrole contre nucléaire, c'est nucléaire contre énergies renouvelables."

Yannick Jadot évoque le débat sur le mix énergétique français.

20h33 : "L'Europe perd toute morale en laissant des personnes mourir de froid", a déclaré Yannick Jadot en début d'entretien, interrogé sur la situation des migrants coincés à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie. Voici la séquence.

20h33 : "Ce que je disais sur la source de l'électricité reste vrai. Si votre voiture est alimentée par de l'électricité faite au charbon, ça reste polluant."

Il a salué, depuis ses propos, "la capacité d'innovation, la rapidité avec laquelle les coûts de production se sont effondrés, l'efficacité" sur les voitures électriques.

20h32 : Yannick Jadot a-t-il changé son discours au fil des ans sur la voiture électrique ? "L'Oeil du 20 heures" rappelle que le candidat écologiste n'y a pas toujours été favorable. Au contraire.

20h37 : "Je ne vois pas de problème avec l'immigration en France. Cela relève de notre devoir d'humanité."

Yannick Jadot s'exprime maintenant sur l'immigration. Le regroupement familial est une "obligation humaine, au regard du droit international", a-t-il notamment dit.

20h30 : Yannick Jadot évoque désormais les régularisations : "Oui, il faut les accueillir [les migrants] en dignité. On a aujourd'hui en France des situations inhumaines et invraisemblables", poursuit-il. "Non, la France n'est pas 'zemmourienne'", ajoute-t-il, appelant à "régulariser ces personnes" que la France expulse.

20h26 : "Si on veut traiter la question de Vladimir Poutine, on arrête d'être dépendant à son gaz."

Le candidat parle de la relation avec le président russe et évoque un "bouclier politique" à mettre en œuvre.

20h28 : "On parle de quelques milliers de femmes, d'hommes, d'enfants qui ,aujourd'hui, sont en train de mourir dans les forêts biélorusses", poursuit Yannick Jadot, favorable à ce que l'UE les accueille.

20h24 : "La volonté du président biélorusse est de déstabiliser l'Union européenne."

Yannick Jadot commente la situation à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne. Il dénonce la non-assistance aux migrants qui "sont en train de mourir de froid dans les forêts biélorusses".

20h22 : Quelques jours après la fin de la COP26, le candidat écologiste à la présidentielle Yannick Jadot est l'invité du "20h22" de France 2. Suivez son intervention dans notre direct.



(CAPTURE D'ECRAN FRANCE 2)

14h40 : Près de 150 000 adhérents Les Républicains pourront choisir leur candidat à l'élection présidentielle 2022, le parti ayant presque doublé le nombre d'adhésions depuis fin septembre. Les adhérents pourront voter du 1er au 4 décembre.

Eric Ciotti, Valérie Pecresse, Michel Barnier, Philippe Juvin et Xavier Bertrand avant un débat télévisé, le 14 novembre 2021 à Paris. (THOMAS SAMSON / AFP)

(THOMAS SAMSON / AFP)