Cet article date de plus de dix ans.

Villepin: "prêter à la Grèce, c'est labourer la mer"

Dominique de Villepin, président de République solidaire, a estimé jeudi sur France Culture que prêter à la Grèce équivalait à labourer la mer, ce pays n'étant pas en mesure de rembourser.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Dominique de Villepin, président de République solidaire. (AFP - Jean-Philippe Ksiazek)

Dominique de Villepin, président de République solidaire, a estimé jeudi sur France Culture que prêter à la Grèce équivalait à labourer la mer, ce pays n'étant pas en mesure de rembourser.

L'ancien premier ministre a déjà déclaré qu'il estimait que le plan de rigueur récemment voulu par le gouvernement français était insuffisant. Jeudi matin, il a fustigé sur France Culture l'aide accordée par l'Europe à la Grèce. "On refait toujours les mêmes erreurs, on laboure la mer!", s'est exclamé le président de République solidaire, interrogé sur l'adoption le plan d'aide à Athènes mis au point par le sommet de l'eurozone du 21 juillet. "Les conditions ne sont pas remplies pour que la Grèce puisse jamais rembourser sa dette", a-t-il ajouté.

"La Grèce continuer de plonger dans la crise", a-t-il observé. "Il faut mutualiser les dettes européennes: c'est le début du sursaut et c'est la fin de la spéculation et de la surenchère des marchés. Tant que ce signal-là n'est pas donné, l'Europe plongera".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.