VIDEO. Pour Gilbert Collard, Jean-Marc Ayrault est "un agonisant perfusé"

Le député FN a comparé lundi le Congrès socialiste de Toulouse à une "salle de réveil" accueillant "un agonisant perfusé", le Premier ministre.

Francetv info

POLITIQUE - "Je ne suis pas d'humeur méchante ce matin", précise Gilbert Collard avant d'attaque les socialistes. "Après le congrès du PS, on ne peut être que d'humeur hilare", a poursuivi le député FN du Gard, invité des "4 Vérités", lundi 29 octobre sur France 2.

"C'est une salle de réveil. Je suis entré dans un hôpital et j'ai vu un un agonisant euphorisé par son environnement, qui était monsieur Ayrault, qu'on essayait de perfuser de tous côtés pour qu'il tienne le coup, avec derrière Martine Aubry qui le regardait en se disant : 'je vais t'aider pour que tu tombes plus vite'."

"On a Fillon le tristounet et Copé l'agité"

L'avocat n'a pas non plus épargné le patron de l'UMP, Jean-François Copé, et son évocation de manifestations antigouvernementales : "Il veut reconstituer les ligues ? Il se prend pour Mélenchon ? Je croyais qu'il se prenait pour Marine Le Pen." "On a deux personnages en quête d'honneur", a moqué l'élu d'exrême droite à propos de la compétition pour la succession à l'UMP.

"On a Fillon le tristounet, gris, très mormon, et Copé l'agité, qui a une espèce de fil électrique sarkozyen dans la pile.""Ils sentent bien tous deux que c'en est fini de l'UMP", a assuré Collard, qui ne voit qu'une faible différence entre ce parti et le PS concernant les impôts. "Les uns rasent vite, les autres tondent lentement", mais à la fin, "les contribuables n'en peuvent plus, ils ont le genou à terre".

Le député FN du Gard Gilbert Collard, le 28 octobre 2012 à Villeneuve-lès-Avignon (Gard).
Le député FN du Gard Gilbert Collard, le 28 octobre 2012 à Villeneuve-lès-Avignon (Gard). (SYLVAIN THOMAS / AFP)