VIDEO. Montebourg demande à Hollande "une inflexion majeure" de la politique économique

A l'occasion de sa traditionnelle Fête de la Rose, le ministre de l'Economie a persisté dans la critique de la politique de rigueur menée par le gouvernement.

FRANCE 2

Samedi 23 août, le ministre de l'Economie a dénoncé dans Le Monde la politique de rigueur. Dimanche 24 août, il a persisté dans sa critique, à l'occasion de sa traditionnelle Fête de la Rose de Frangy-en-Bresse (Saône-et-Loire), faisant entendre que d'autres choix économiques étaient possibles. C'est pourquoi il a demandé à François Hollande "une inflexion majeure" de la politique économique menée par le gouvernement.

Le retour de la "règle des trois tiers"

Le ministre de l'Economie a réaffirmé qu'il souhaite le retour d'"une création de Lionel Jospin", la "règle des trois tiers" dans la répartition de l'effort d'économies voulu par le gouvernement : un tiers au désendettement, un tiers aux entreprises et un tiers aux ménages. Cette règle "juste" et "simple" permettrait, a-t-il fait valoir, de soutenir la compétitivité des entreprises, de réduire les déficits publics et de baisser les impôts des ménages. De quoi, a-t-il estimé, assurer le redémarrage de l'économie.

Sous le regard approbateur de son homologue de l'Education et invité vedette, Benoît Hamon, et de plusieurs députés socialistes "frondeurs" , Arnaud Montebourg a calculé que cette "règle des trois tiers" permettrait "une baisse du chômage" pour "environ 200 000 personnes" et il a tablé sur "environ 16 milliards d'euros" de baisse d'impôts "sur plusieurs années"

Cette proposition, lancée en pleine préparation de la loi de finances pour 2015, est aussi une façon d'occuper le flanc gauche de l'exécutif, malmené par les "frondeurs", avec en ligne de mire la présidentielle de 2017.

Le ministre de l\'Economie Arnaud Montebourg, le 24 août 2014, à sa traditionnelle Fête de la Rose de Frangy-en-Bresse (Saône-et-Loire).
Le ministre de l'Economie Arnaud Montebourg, le 24 août 2014, à sa traditionnelle Fête de la Rose de Frangy-en-Bresse (Saône-et-Loire). (JEFF PACHOUD / AFP)