Marine Le Pen accuse certains médias de "surveiller les candidats du FN"

La présidente du Front national était l'invitée de "12-13 dimanche" sur France 3.

Marine Le Pen, le 26 octobre 2013 à Fougères (Ille-et-Vilaine).
Marine Le Pen, le 26 octobre 2013 à Fougères (Ille-et-Vilaine). (THOMAS BREGARDIS / AFP)

La présidente du FN, Marine Le Pen, a accusé dimanche 27 octobre certains médias "de surveiller les candidats" de son parti, à la recherche de leurs failles, en se demandant si cela ne démontrait pas leur volonté de "venir en soutien d'une classe politique en train de s'effondrer". Elle était l'invitée de "12-13 dimanche" sur France 3.

"Les médias s'amusent à surveiller des candidats du Front national qui ne sont pas, il est vrai, des professionnels de la politique, qui sont des mères de famille, des chômeurs, des fonctionnaires, des chefs d'entreprise (...) des gens qui sont les représentants des Français qui ne se sentent pas représentés par les autres" partis, a affirmé Marine Le Pen.

Plus précisément, elle a reproché aux quotidiens La Voix du Nord et Nord-Eclair d'avoir fait "un reportage" pour lequel ils ont "surveillé le logement" d'une candidate FN pour souligner que "ses volets étaient fermés de nuit comme de jour" afin de montrer qu'elle n'habitait pas à cet endroit. "Ils ont passé la nuit devant le domicile de la candidate du FN. Croyez-vous que c'est raisonnable et sérieux ?", a interrogé la dirigeante frontiste. Cela "démontre la volonté des médias de venir peut-être en soutien d'une classe politique en train de s'effondrer".