Cet article date de plus de cinq ans.

Vidéo Le maire d'un petit village du Jura se bat pour ne pas être payé plus

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Alain Dejeux a donc décidé de contourner la loi et de faire don de la moitié de son indemnité à sa commune.
FRANCE 3 FRANCHE-COMTE
Article rédigé par
France Télévisions

Alain Dejeux a décidé de contourner la loi et de faire don de la moitié de son indemnité à sa commune, Augerans, un village de 166 habitants situé près de Dole.

Il y en a ceux qui augmentent leurs indemnités une fois élus. Lui se bat pour ne pas toucher plus. Alain Dejeux est le maire d'Augerans, un village de 166 habitants situé près de Dole dans le Jura.

Avant 2016, les maires des petites communes pouvaient ne se verser qu'une partie des 300 euros mensuels de leur indemnité de fonction. Mais depuis le passage à la nouvelle année, la loi a changé. Ils sont désormais obligés de la percevoir en intégralité.

"Tous les trimestres, je ferai un chèque de 900 euros"

Le maire d'Augerans s'y refuse pour le bien de sa commune. "On a un pouvoir d'investissement annuel d'environ 25 000 euros. Donc, si je prends la totalité de mes indemnités, ça fait une dépense supplémentaire d'environ 3 600 euros à l'année", chiffre-t-il devant la caméra de France 3 Franche-Comté, qui l'a rencontré. Alain Dejeux a donc décidé de contourner la loi et de faire don de la moitié de son indemnité à sa commune. "Tous les trimestres, je ferai un chèque de 900 euros", explique-t-il. De quoi rembourser des prêts municipaux, de remplacer les chaises de l'église, de réaménager la salle des fêtes.

Les habitants apprécient ce "beau geste" d'un maire qui "participe" financièrement à la vie de sa commune et estiment que "d'autres" édiles pourraient en prendre de la graine, "dans les grandes villes par exemple". Alain Dejeux n'est pas un cas isolé. D'autres maires de petites communes s'opposent à cette nouvelle loi.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.