VIDEO. Ile-de-France : Valérie Pécresse veut faire résilier les baux HLM des délinquants condamnés

La présidente de région veut sanctionner les personnes condamnées qui "troublent l'ordre public dans leurs immeubles".

EUROPE 1

Durant la campagne des régionales, Valérie Pécresse avait ciblé "les ghettos urbains" minés par "le chômage et l'insécurité". Concernant ce dernier thème, la présidente Les Républicains de la région Ile-de-France compte sur une mesure choc, comme elle l'a confirmé jeudi 10 mars sur Europe 1 : expulser de son logement social toute personne condamnée pour des faits graves.

Evoquant le problème des immeubles "où se déroulent du deal et du racket" et où les habitants "ne peuvent pas dormir", l'ancienne ministre estime qu'un délinquant condamné qui "trouble l'ordre public" doit quitter son logement social : "Si cette personne a été condamnée, et que sa condamnation fait du trouble dans l'immeuble, je crois qu'il faut ramener le calme dans cet immeuble."

La région n'est pas bailleur social

Selon France Info, cette mesure avait été réclamée par Valérie Pécresse, pendant sa dernière campagne, à un de ses colistiers. Il s'agirait de faire signer à tout nouveau locataire d'un logement social un bail stipulant qu'il quittera ce logement s'il est condamné pour des faits graves (agression, trafic de drogue…).

D'après France Info, cet élu affirme que "80% des gens sont pour", en soulignant que 700 000 personnes sont en attente d'un logement social en Ile-de-France. Cette volonté de sanctionner les délinquants se heurte pour le moment à un problème majeur, que reconnaît Valérie Pécresse : "La région n'est pas bailleur social, donc c'est avec les bailleurs et les maires que nous devons travailler sur cette question."

Valérie Pécresse, présidente Les Républicains de la région Ile-de-France, le 9 mars 2016 à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).
Valérie Pécresse, présidente Les Républicains de la région Ile-de-France, le 9 mars 2016 à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). (SERGE TENANI / CITIZENSIDE / AFP)