VIDEO. "Coup de pied au derrière" et "table renversée" : la métaphore incompréhensible de Nicolas Sarkozy

L'ancien chef de l'Etat a fait cette sortie lors d'un meeting à Limoges. 

Mais d'où Nicolas Sarkozy a-t-il sorti cette expression ? Alors qu'il était en meeting à Limoges, mercredi 14 octobre, pour soutenir la candidature de Virginie Calmels pour les élections régionales en Aquitaine-Poitou-Charentes-Limousin, il s'est fendu d'une déclaration qualifiée "d'absurde" par L'Express "Je voulais leur dire qu'on a reçu le coup de pied au derrière, mais que c'est pas parce que vous voulez renverser la table que vous descendez de la voiture dont vous vous abstenez de choisir le chauffeur."

Référence aux électeurs de droite qui ont voté FN

L'enregistrement a été repéré par le "Petit Journal", qui l'a extrait sans contexte. Il faut en réalité remonter le discours pour en comprendre partiellement le sens. Le "coup de pied au derrière" a été donné, selon l'ancien président, par les électeurs traditionnellement de droite qui se sont tournés vers le Front national lors des dernières élections départementales et européennes. "Un certain nombre d'entre vous, peut-être, certainement, ont pu être déçus par nous, déçus par moi, et faire le choix du Front national à un moment, en disant comme ça on va leur donner un bon coup de pied au derrière pour qu'ils se réveillent", a expliqué Nicolas Sarkozy.

Pour le reste de la citation, c'est beaucoup plus obscur. Nicolas Sarkozy fait sans doute référence aux primaires à droite qui doivent permettre de désigner "le chauffeur" de la voiture, comprenez le leader des Républicains. Il en appelle à la responsabilité des électeurs et des militants présents dans la salle. 

Nicolas Sarkozy, le 14 octobre 2015.
Nicolas Sarkozy, le 14 octobre 2015. (NICOLAS TUCAT / AFP)