Alliance entre les écologistes et le PS pour 2022 : "La question principale sera d'accorder les égos", estime Lionel Jospin

L'ancien Premier ministre socialiste considère sur France Inter que les ADN des Verts et du Parti socialiste sont "relativement compatibles".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'ancien Premier ministre socialiste Lionel Jospin au micro de France Inter le jeudi 3 septembre. (RADIO FRANCE)

"Je pense que les ADN sont relativement compatibles et que la question principale sera d'accorder les égos", a estimé l’ancien Premier ministre socialiste Lionel Jospin jeudi 3 septembre sur France Inter, au sujet d’une alliance possible, voire d’un candidat commun entre les Verts et le Parti Socialiste, à la présidentielle 2022.

"Les responsables devront faire preuve de sens de l'intérêt général, de désintéressement et chercher quelle est la meilleure solution pour unir cette nébuleuse qui a, je le dis, la capacité de répondre aux défis", a toutefois prévenu Lionel Jospin qui sort ce jeudi le livre "Un temps troublé (Seuil).

Le Parti socialiste "a besoin de retrouver de l'éclat"


"Ce que je pense, c'est que la gauche et les écologistes, s'ils se rassemblaient, si on avait une sorte de gauche écologique, auraient une chance d'être au second tour de l'élection présidentielle", a aussi affirmé Lionel Jospin. Selon l'ancien Premier ministre, "la menace du réchauffement climatique est considérable et elle est insuffisamment prise en compte par le pouvoir actuel."

Le Parti socialiste "a besoin de retrouver de l'éclat", "il faut qu'il retrouve de la force et de l'éclat", a estimé également Lionel Jospin. "Il faut qu'il travaille sur lui-même, il faut qu'il soit capable de proposer et, ensuite, les discussions s'ouvriront aussi bien avec les écologistes qu'avec les insoumis, à condition qu'ils assument non seulement le langage de l'opposition radicale, mais la responsabilité de pouvoir", a-t-il ajouté.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.