Un jeune militant UMP raillé en 2009 par le ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux a annoncé lundi quitter le parti

Le ministre avait été condamné pour racisme à la suite de ces propos qui ont été visionnés plus de 1,3 million de fois sur internet.On entend notamment suite à la réflexion d'une militante, "c'est notre petit Arabe...", le ministre dire : "Il en faut toujours un. Quand il y en a un, ça va. C'est quand il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes."

Amine Benalia Brouch avec Brice Hortefeux à l\'université des jeunes de l\'UMP à Seignosse en septembre 2009.
Amine Benalia Brouch avec Brice Hortefeux à l'université des jeunes de l'UMP à Seignosse en septembre 2009. (Le Monde.fr)

Le ministre avait été condamné pour racisme à la suite de ces propos qui ont été visionnés plus de 1,3 million de fois sur internet.

On entend notamment suite à la réflexion d'une militante, "c'est notre petit Arabe...", le ministre dire : "Il en faut toujours un. Quand il y en a un, ça va. C'est quand il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes."

Amine Benalia-Brouch, joint par téléphone par l'AFP, a déclaré rejoindre Dominique de Villepin et son mouvement République solidaire, en raison de "la politique du gouvernement menée vis-à-vis des Roms".

"J'en ai ras le bol de cette politique menée par le gouvernement. J'en avais déjà marre avec le débat sur l'identité nationale, puis avec l'arrivée à l'UMP de Philippe de Villiers (président du Mouvement pour la France), mais là avec les Roms, c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase", a expliqué Amine Benalia-Brouch, joint par téléphone.

"J'abandonne l'UMP, j'abandonne Nicolas Sarkozy, sans tristesse mais avec une grande joie", a ajouté celui qui avait rejoint l'UMP, il y a trois ans, pour la présidentielle de 2007.

Il a fustigé la politique du gouvernement en matière de sécurité et plus particulièrement le ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux. "Je déteste cette politique qui consiste à monter les Français les uns contre les autres pour gouverner". "S'agissant des Roms, je m'oppose à cette façon de s'attaquer à quelqu'un en raison de son origine", a-t-il ajouté.

Concernant son ralliement à Dominique de Villepin, il estime que "C'est un homme de coeur. Il n'a jamais été élu. Il a toujours été dans l'ombre de quelqu'un, mais il a dit non à la guerre en Irak et il a été dans l'ombre de Jacques Chirac et ça me va très bien". L'ancien Premier ministre, qui a monté son propre mouvement, République solidaire, a toutefois renouvelé son adhésion à l'UMP en juin dernier.

Retour sur les propos de 2009
L'échange verbal entre militants UMP et Brice Hortefeux lors de l'université d'été en 2009 comportait également d'autres paroles à propos du jeune militant UMP, Amine Benalia-Brouch : "Il est catholique, il mange du cochon et il boit de la bière....", Brice Hortefeux répondant : "Ah, mais ça ne va pas du tout, alors, il ne correspond pas du tout au prototype, alors. C'est pas du tout ça."

Le ministre a été condamné le 4 juin 2010 à 750 euros d'amende et 2.000 euros de dommages et intérêts pour injure à caractère racial pour ses propos.

Brice Hortefeux qui s'était dans un premier temps défendu en expliquant qu'il parlait des Auvergnats, a fait appel de cette décision de justice.