Cet article date de plus de huit ans.

Un élu UMP critique une publicité "spécial ramadan" au nom de la laïcité

"Tout fout le camp!!!", s'est indigné le conseiller municipal de Nîmes Laurent Burgoa sur sa page Facebook. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Capture d'écran de la page Facebook de Laurent Burgoa, élu municipal de Nîmes (Gard), le 8 juillet 2013. ( FRANCETV INFO)

"Spécial 'Ramadam' de Carrefour. Notre république est-elle toujours laïque ? Tout fout le camp !!!" Dans un message posté sur sa page Facbeook dimanche 7 juillet, Laurent Burgoa, conseiller municipal UMP de Nîmes (Gard), s'indigne. La publication de ce commentaire a déclenché la colère du président de l'Observatoire des actes islamophobes au Conseil français du culte musulman (CFCM), Abdallah Zekri.

"M. Burgoa a permis à certains racistes ou extrémistes de se défouler sur le réseau social. Ce n'est pas la première fois que l'UMP flirte avec l'extrême droite, et plus on approche des élections municipales, plus le parti va encore flirter avec le Front national", s'est emporté ce dernier. Et d'ajouter : "Je préfère dans ce cas-là que le FN remporte les élections municipales à Nîmes, car au moins je sais qui je dois combattre." Abdallah Zekri affirme étudier la possibilité de porter plainte contre l'élu pour "acte islamophobe" ou "incitation à la haine raciale", pour prendre une décision par la suite.

De son côté, Laurent Burgoa explique que ce qui l'a "interpellé dans cette publicité, c'est qu'une enseigne commerciale utilise un moment religieux à des fins commerciales". "Je pense que n'importe quelle religion n'a pas à intervenir dans la société, se défend-il. Je ne suis pas du Front national. Il y a eu des propos qui ont été tenus par certaines personnes sur le réseau social que je ne partage pas. Mon seul motif a été de dire que la laïcité est un des socles de notre République."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.