Cet article date de plus de dix ans.

Un avant-goût des joutes radio-télé entre candidats à la primaire

Les cinq candidats PS à la primaire ont participé dimanche matin à La Rochelle, peu avant la clôture de l'université d'été, à une prestation radio-télévisée, comme une répétition générale avant les trois débats qui les opposeront bientôt.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Martine Aubry embrasse François Hollande, à l'université d'été du PS (AFP)

Les cinq candidats PS à la primaire ont participé dimanche matin à La Rochelle, peu avant la clôture de l'université d'été, à une prestation radio-télévisée, comme une répétition générale avant les trois débats qui les opposeront bientôt.

Manuel Valls, Ségolène Royal, François Hollande, Arnaud Montebourg et Martine Aubry... Finalement, ils ont tous été conviés à l'émission dominicale "Le Grand rendez-vous" Europe 1/Le Parisien/Itélé. Mais ils ont été interviewés successivement en léger différé dans une tente dressée à côté de la salle des séances plénières. Pas de confrontation directe entre les candidats : c'était la règle de cette 23e univerisité d'été socialiste.

Manuel Valls et Arnaud Montebourg, mécontents de ne pas avoir été appelés dans un premier temps, ont finalement été conviés après d'âpres tractations, samedi soir. Leurs entourages ont rappelé le règlement de la primaire.

Avant d'entrer en studio, François Hollande, à qui l'on demandait si "le match" était déjà "plié" en sa faveur, a déclaré : "les sondages semblent indiquer que je suis pour l'instant en tête". A six semaines du premier tour, "ce qui me rend confiant ce ne sont pas tant les sondages, que le regard des Français. Il y a comme une confiance qui m'est apportée et cette confiance qui me rend peut-être plus fort, plus confiant moi-même dans l'avenir", a ajouté le député de Corrèze.

"Quel match ? Le match ne fait que commencer, pas l'habitude de donner le résultat avant que le match ne commence", a répondu Martine Aubry, après avoir croisé son principal rival et l'avoir embrassé devant les nombreuses caméras.

"Ceux qui croient qu'un match est plié avant même d'avoir été joué, en général perdent le match", a rétorqué Ségolène Royal, première des candidats à être interviewée.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.