VIDEO. Juppé sifflé au congrès des Républicains, c'est "plus qu'un couac" pour NKM

La numéro 2 de l'ex-UMP était l'invitée de France 3.

FRANCE 3

Nathalie Kosciusko-Morizet, numéro deux de l'ex-UMP, n'a pas aimé qu'Alain Juppé soit hué au congrès des Républicains. Sur France 3, dimanche 31 mai, elle a dénoncé ces huées qui sont "plus qu'un couac".

D'accord pour une primaire "à 3 millions de votants au moins"

"J'aime pas ça ! [...] Pour moi, ça, c'est la résurgence de l'ancien parti. Ça ne doit pas être ça, les Républicains !" a-t-elle déclaré. "La primaire, c'est la fin de ça. Vous pouvez siffler tout ce que vous voulez, à partir du moment où il y a une primaire, ce sont les Français qui vont trancher", a insisté l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy. Et d'ajouter : "C'est plus qu'un couac, moi, ce n'est pas ce que j'aime dans la politique. C'est surtout très dommage."

Et si, finalement, Alain Juppé n'était pas candidat, en 2016, à la primaire à droite pour la présidentielle, faute de garanties suffisantes, à ses yeux, sur son organisation ? "Ce ne serait pas des primaires s'il n'y avait pas la variété des candidats qui reflètent les sensibilités, les ambitions. Ce serait une catastrophe pour tout le monde", a mis en garde NKM. "Moi, je n'ai pas envie d'une primaire à 500 000 votants", mais d'une primaire "à 3 millions de votants au moins".

Nathalie Kosciusko-Morizet à Paris, le 30 mai 2015.
Nathalie Kosciusko-Morizet à Paris, le 30 mai 2015. (CITIZENSIDE / YANN KORBI / CITIZENSIDE.COM / AFP)