Cet article date de plus de six ans.

Vidéo Deux députés planchent sur une peine d'indignité nationale

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
France 2
Article rédigé par
France Télévisions

Suite aux attentats à Paris, l'UMP a soumis l'idée d'instaurer une peine de crime d'indignité nationale. Une équipe de France 2 revient sur cette notion.

Après les attentats qui ont touché la France, l'UMP a réclamé l'instauration d'une peine complémentaire de crime d'indignité nationale. Une idée que le Premier ministre Manuel Valls ne réfute pas. Deux députés, socialiste et UMP, sont chargés de faire une proposition précise à ce sujet.

Plus symbolique que dissuasive

Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS, n'écarte pas non plus cette mesure qui vise à retirer certains droits. La condamnation a déjà existé en France. En août 1944, le général de Gaulle l'avait instaurée pour sanctionner ceux qui avaient collaboré avec l'Allemagne nazie. Leur avaient été retirés leurs droits civiques et militaires. L'indignité nationale a été supprimée en 1951. Si cette peine était restaurée, elle comprendrait également, comme à l'époque, l'exclusion de la fonction publique, des syndicats et de l'enseignement. 

C'est désormais aux parlementaires de trancher. Certains doutent de l'efficacité d'une telle mesure, qu'ils jugent plutôt symbolique.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers UMP

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.