La députée Frédérique Dumas quitte La République en marche pour rejoindre l'UDI, mais "ne quitte pas Emmanuel Macron"

L'élue explique avoir fait part depuis des mois de ses "inquiétudes et ses incompréhensions", "sans avoir été entendue", regrette-t-elle.

La députée Frédérique Dumas, le 28 novembre 2017 à l\'Assemblée nationale. 
La députée Frédérique Dumas, le 28 novembre 2017 à l'Assemblée nationale.  (JACQUES DEMARTHON / AFP)

La députée des Hauts-de-Seine Frédérique Dumas annonce dimanche 16 septembre sur son compte twitter qu'elle quitte La République en marche (LREM) pour rejoindre l'UDI : "Après avoir pris le temps de la réflexion, j'ai pris la décision de quitter le groupe En Marche et celle de rejoindre l'UDI, Jean-Christophe Lagarde et le goure UDI-Agir à l'Assemblée nationale".

"Je ne quitte pas Emmanuel Macron, je quitte La République en marche", précise la députée sur son site internet. "Les raisons de ce choix de quitter la majorité, que je fais avec tristesse, sont toutes mûrement réfléchies", ajoute-t-elle. Elle explique avoir fait part depuis des mois "à tous les niveaux", de ses "inquiétudes" et de ses "incompréhensions""Je n’ai pas été entendue", regrette-t-elle. "Les échanges que j’ai voulus directs et francs avec les uns et les autres ces dernières semaines, ont achevé de me convaincre".

Frédérique Dumas fait le constat que depuis le début du quinquennat, "LREM a vidé de son sens sa promesse de construire avec d’autres sensibilités, alors qu’une majorité devenue omnipotente ne peut par nature, et de ce fait, représenter à elle seule le pluralisme"

J’ai exprimé par ailleurs certains de mes désaccords publiquement. On me l’a reproché.Frédérique Dumas

Pour justifier son départ, la députée met en avant notamment la "promesse non-tenue en ce qui concerne l’exemplarité" qui est, selon elle, "le fondement de la confiance. Sans confiance, il n’y a pas d’ambition possible. Sans confiance, on ne peut ni construire, ni avancer, ni entraîner".

"J'ai choisi d’être fidèle à mes convictions, d’être loyale aux objectifs ambitieux", écrit enfin Frédérique Dumas, qui entend également travailler avec Xavier Bertrand, actuel président du conseil régional des Hauts-de-France et de rejoindre son club de réflexion La Manufacture.