Abandon d'EuropaCity : les centres commerciaux sont une "solution de facilité", pour Jean-Christophe Lagarde (UDI)

Jean-Christophe Lagarde, président de l'UDI, est l'invité des "4 Vérités" de France 2, vendredi 8 novembre.

France 2

Le gouvernement a décidé d'abandonner le projet de centre commercial EuropaCity, prévu à Gonesse (Val-d'Oise). "Emmanuel Macron a raison. L'heure n'est plus aux centres commerciaux gigantesques. À Aubervilliers, Le Millénaire, qui est un énorme centre commercial, bien plus petit que ce qui était prévu à Gonesse, ne fonctionne pas", déclare Jean-Christophe Lagarde, président de l'UDI, et invité des "4 Vérités" de France 2, vendredi 8 novembre.

"Sur ce Triangle de Gonesse, il y a un formidable projet à porter en créant un grand centre européen de l'espace et de l'aéronautique. Et surtout parce que l'on est au pied de l'endroit où l'on va construire de quoi accueillir les 10 000 journalistes qui viendront pour les Jeux olympiques. Abandonner un projet qui était une erreur, c'est une bonne chose, mais il faut construire un autre projet", estime Jean-Christophe Lagarde.

Mieux rémunérer les policiers

Ériger des centres commerciaux est-il une solution pour des territoires qui se sentent déconsidérés ? "C'est la solution de facilité. Les consommateurs, les Français, n'adhèrent plus à ces espèces de gigantesques trucs un peu américains", précise Jean-Christophe Lagarde. "Ce sont les commerces de centre-ville qui fonctionnent mieux", ajoute-t-il.

En Seine-Saint-Denis, existe-t-il une escalade de la violence et de la haine anti-policiers, après les incidents à Chanteloup-les-Vignes (Yvelines) ? "Une escalade de la violence, non, il y a toujours eu des tensions. Une escalade de la haine anti-policiers, oui, cela fait vingt ans que cela se dégrade", indique Jean-Christophe Lagarde.

Beaucoup de jeunes se plaignent du comportement de la police et de bavures. Faut-il remettre en place une police de proximité pour améliorer la situation ? "Pour qu'il y ait une police de proximité, il faut que les policiers restent longtemps. Le mieux c'est que ce soit des gens d'expériences, qui n'aient pas la trouille des gens qui sont en face d'eux. Et surtout, qu'ils les connaissent", précise le président de l'UDI. Comment faire ? "C'est en rémunérant mieux des policiers qui restent dans les quartiers difficiles, et en attirant ceux qui ont plus d'expérience qu'on arrivera à améliorer les relations", conclut Jean-Christophe Lagarde.

Le président des centristes de l\'UDI, Jean-Christophe Lagarde, le 10 septembre 2019 à l\'Assemblée nationale.
Le président des centristes de l'UDI, Jean-Christophe Lagarde, le 10 septembre 2019 à l'Assemblée nationale. (ERIC FEFERBERG / AFP)