Tous les pouvoirs au Parti socialiste

Après sa large victoire aux élections législatives, le Parti socialiste contrôle désormais l'Assemblée nationale, le Sénat, l'Elysée, une majorité de grandes villes, de régions et de départements. Une situation inédite dans l'histoire récente de la France.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Certains pourraient appeler ça l'Etat PS comme on a parlé autrefois de l'Etat RPR quand le parti gaulliste trustait tous les leviers des pouvoirs. Quoi qu'il en soit, le Parti socialiste détient aujourd'hui tous les pouvoirs pour s'attaquer à la crise, une tâche qualifiée d'"immense" par le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault.

L'Assemblée rose

Avec 314 députés sur 577, le Parti socialiste (Majorité présidentielle) détient la majorité absolue à lui seul, ce qui lui permet de gouverner même sans l'appui de ses alliés. Plus largement, la gauche décroche un record absolu en nombre de sièges avec cette élection. 343 sièges, contre 319 sièges en 1997. En 1981, la gauche totalisait 329 sièges (mais sur un total de seulement 491 députés à l'époque).
40 jours après avoir porté François Hollande à l'Elysée, les Français donnent au président socialiste les moyens de mener ses réformes. 

Sénat rose

La reconquête parlementaire avait commencé dès septembre dernier avec la prise du Sénat, une première dans l'histoire de la Ve République. Fort du rejet de la politique de Nicolas Sarkozy, le PS avait décroché la majorité absolue dans la haute assemblée. Avec ce Sénat rose, François Hollande obtient ce qui avait manqué à François Mitterrand, qui avait souvent pesté contre ces sénateurs qui l'empêchaient de mener ses réformes aussi loin que possible.

Territoire rose

Sur le plan local, en mars 2008, la nette victoire aux élections municipales a permis au PS de prendre le contrôle de 25 villes de plus de 100.000 habitants, contre 12 à la droite. En 2010, le PS remporte les élections régionales et les cantonales. Aujourd'hui, le PS détient toutes les régions de France métropolitaine sauf une, l'Alsace et 58 départements, contre 42 à la droite.   

Avec une telle domination, le PS se retrouve aujourd'hui face à ses (très grandes) responsabilités. Il doit redresser un pays, en crise économique aigüe, dont la population attend beaucoup du nouveau pouvoir.