Thomas Thévenoud : des oublis et des zones d'ombre

L’ex-secrétaire d’Etat au Commerce extérieur a beau avouer son aversion pour la paperasserie, il doit ressortir plusieurs dossiers auxquels la presse s’intéresse. Après ses retards fiscaux, Thomas Thévenoud se justifie à présent sur un appartement et une société.

(Thomas Thévenoud dans la tourmente des oublis © MaxPPP)

L’affaire Thévenoud pourrait ne pas rester cantonnée à des déboires fiscaux. Depuis mardi, elle s’enrichit d’interrogations médiatiques sur d’autres retards ou omissions. Sans être nécessairement source d’ennui pénal, elles permettent de cerner un personnage pour le moins "fâché" avec les obligations légales.

Une société "oubliée"

Au lendemain de son débarquement du gouvernement le 4 septembre, le site Rue89 remarquait un blanc dans la case des sociétés à déclarer à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP). Cet encart doit préciser les participations aux organes dirigeants d’un organisme public ou privé ou d’une société à la date de l’élection ou lors des cinq dernières années. Or, un "Néant" du député y figure. Pourtant, Thomas Thévenoud a créé une entreprise individuelle en juin 2012.

L’élu de Sâone-et-Loire a livré quelques explications au quotidien Metronews , ce mardi. Il s’agissait dit-il, d’une entreprise fondée pour "rémunérer la femme de ménage " de sa permanence et le député assure que "cette entreprise est aujourd’hui dissoute ". Le journal maintient lui que la société en question a été fondée pour des activités de soutien aux entreprises. Surtout, l'élu insiste pour préciser qu’il n’a touché "aucune rémunération " en lien avec cette société, raison pour laquelle il n’en aurait pas fait état. Reste que dans sa réponse à Metronews , la Haute autorité est très claire : toute entreprise doit être déclarée, qu'elle rapporte ou pas.

Un loyer à la traîne

D’après Le Canard enchaîné , du mercredi 10 septembre, le député avait "oublié" de payer de son appartement dans le Ve arrondissement de Paris. L’omission, qui n'est pas datée, aurait duré…un bail soit trois ans. L’hebdomadaire relate que le propriétaire a dû menacer son locataire d’expulsion avant d’obtenir une régularisation de la situation. Oubli ? Thomas Thévenoud a expliqué au Canard enchaîné souffrir "d’une phobie administrative ". 

►►►A écouter : les omissions de Thomas Thévenoud

Les détails de l'affaire Thévenoud avec Jérôme Jadot
--'--
--'--