Cet article date de plus d'onze ans.

Thierry Mariani, tête de liste de l'UMP, a lancé lundi à Nice la campagne de son parti en région PACA

"Nous avons deux priorités dans cette campagne: l'emploi et la sécurité", a déclaré lors de son premier point presse de campagne, M. Mariani, accompagné pour l'occasion de plusieurs élus dont le ministre de l'Industrie, Christian Estrosi.Pour ce dernier, le poids politique et démographique de la région est incontournable.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Thierry Mariani, député UMP du Vaucluse est tête de liste en région PACA. (France 2)

"Nous avons deux priorités dans cette campagne: l'emploi et la sécurité", a déclaré lors de son premier point presse de campagne, M. Mariani, accompagné pour l'occasion de plusieurs élus dont le ministre de l'Industrie, Christian Estrosi.

Pour ce dernier, le poids politique et démographique de la région est incontournable.

"Nous sommes la troisième région de France. C'est très important de gagner une région de 5,8 millions d'habitants. Le département des Alpes-Maritimes représente à lui seul trois ou quatre petites régions en France" a souligné M. Estrosi.

Annonçant qu'il ne serait pas tête de liste dans son département du Vaucluse, où il sera numéro trois avec probablement en numéro un le député UMP Jean-Michel Ferrand, le député UMP du Vaucluse Thierry Mariani a dénoncé la gestion de la région par le socialiste M. Vauzelle.

"Actuellement la région est totalement centralisée autour d'un parti et d'une équipe. Quand nous aurons la majorité, nous laisserons une partie des commissions sous la présidence de l'opposition", a-t-il déclaré. M. Vauzelle, a-t-il ajouté, est un des derniers représentants de "l'ère Mitterrand".

Même tonalité du côté d'Eric Ciotti, président du Conseil général des Alpes-Maritimes, l'UMP, contrairement à ce qu'indiquent des sondages, a "de très bonnes chances de gagner": "d'une part parce que nous sommes totalement unis là où la gauche est disloquée". M. Ciotti a aussi accusé M. Vauzelle de "gestion politicienne et sectaire", aboutissant selon lui à des distorsions dans les attributions de subventions, au détriment des Alpes-Maritimes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.