Supprimer les avantages SNCF des ex-députés ? "On est un peu dans la démagogie"

Fin de la gratuité des trains pour les anciens députés, retraités... Le politologue, Jean Petaux, a réagi dimanche matin au plan de réforme de l'Assemblée dévoilé par François de Rugy dans le "Journal du Dimanche".

Vue panoramique de la nouvelle Assemblée nationale présidée par François de Rugy, le 27 juin 2017, à Paris.
Vue panoramique de la nouvelle Assemblée nationale présidée par François de Rugy, le 27 juin 2017, à Paris. (PDN / SIPA / DNPHOTOGRAPHY)

Alors que l'ordre du jour du bureau de l'Assemblée prévoit mercredi l'examen de la réforme du statut du député, François de Rugy précise ses intentions dans le Journal du Dimanche. Au programme : suppression de la gratuité des trains pour les anciens députés, alignement du mode de calcul des retraites et des allocations chômage des députés sur le régime général et création d'un statut des collaborateurs. Selon lui, des groupes de travail vont être mis en place dès le mois de septembre. Interrogé sur franceinfo, dimanche 30 juillet, Jean Petaux, politologue et professeur à Science-Po Bordeaux, pointe des annonces démagogiques et symboliques.

franceinfo : Réformer l'Assemblée nationale, est-ce une nécessité démocratique?

Jean Petaux : Parler de nécessité démocratique est assez ambitieux. Jusqu'à preuve du contraire, l'Assemblée nationale et le Sénat, au niveau de la répartition des pouvoirs, entrent dans les standards démocratiques. C'est dans l'air du temps. On voit bien que les Français ont montré un désir de transformation du fonctionnement des institutions mais surtout du statut des élus. Par exemple, ils ont demandé l'abandon d'un certain nombre d'avantages associés à ce statut d'élu. On est un peu dans la démagogie. C'est pour cela que supprimer la gratuité des trains pour ceux qui ont plus de trois mandats m'apparait un peu comme cosmétique. C'est la preuve que la politique est une affaire de symboles.

Au-delà des symboles, qu'est-ce que prévoit cette réforme ?

Les groupes de travail me semblent plus intéressants. Ils seront présidés par différents membre des groupes parlementaires. Des questions de fonds, comme celle de la navette parlementaire entre l'Assemblée et le Sénat, lorsque les deux chambres doivent se mettre d'accord sur un texte, vont être abordées. L'adoption de lois en commission aussi me semble plus intéressante.

Est-ce que le but est d'aller plus vite ?

Les Français ne comprennent pas forcément toutes les procédures parlementaires et les amendements. Tout cela est remis à plat, c'est une ambition riche et je crois que c'est plus important que le statut du parlementaire. Après, il ne faut pas confondre vitesse et précipitation. François de Rugy explique qu’une loi met deux ans à passer. Le problème est aussi qu’en France, les lois sont de plus en plus bavardes. Elles rentrent dans des détails précis. Tout cela ne participe pas à la simplification des choses et n'aide pas à bien légiférer dans l'efficacité.

Réforme du statut du député : "On est un peu dans la démagogie" - Jean Petaux, politologue
--'--
--'--