Six choses que vous ignorez sur la Lanterne, résidence d'été de François Hollande

Initialement dévolu aux Premiers ministres mais désormais occupé par le chef de l'Etat, le pavillon de la Lanterne est considéré comme le lieu le plus secret de la République.

La résidence de la Lanterne, à Versailles (Yvelines), le 28 octobre 2008.
La résidence de la Lanterne, à Versailles (Yvelines), le 28 octobre 2008. ( PATRICK KOVARIK / AFP)

Un séjour paisible dans un écrin élégant à seulement une demi-heure de Paris. François Hollande a pris ses quartiers d'été, mardi 5 août, dans le très convoité pavillon de la Lanterne. Le chef de l'Etat, qui a prévu d'y séjourner jusqu'au 14 août, en profitera pour y souffler ses soixante bougies (le 12) en présence de ses enfants.

Initialement dévolue aux Premiers ministres mais désormais occupée par les présidents, la Lanterne, agrémentée d'un parc de quatre hectares, d'un accès privé au domaine de Versailles, d'un court de tennis et d'une piscine, est considérée comme le lieu le plus secret de la République. Francetv info vous livre quelques anecdotes liées à cet endroit hors du commun, la plupart relatées dans l'ouvrage du journaliste de France 3 Patrice Machuret, Un long dimanche à Versailles : la République à la Lanterne (Seuil, 2010).

1Un passage secret donne accès au parc du château de Versailles

De la route départementale, on n'aperçoit qu'une façade lointaine, précédée d'une allée de 200 mètres interrompue par un portail métallique. Construit en 1787, ce pavillon de chasse de deux niveaux à l'architecture simple est flanqué de deux ailes, le tout formant un "U" autour d'une cour.

(GOOGLE EARTH / FRANCETV INFO)

Le bâtiment et ses quatre hectares de terrain sont hermétiques à toute curiosité. Les hauts murs d'enceinte laissent tout juste la possibilité de distinguer le toit de la bâtisse. Pour aller courir, rien de plus confortable : au fond du jardin, une porte permet d'accéder directement à l'immense parc du château de Versailles. C'est là que Nicolas Sarkozy avait été victime d'un malaise vagal en 2009. La discrétion des lieux tranche avec le peu d'intimité qui règne au fort de Brégançon (Var), résidence officielle du président régulièrement sous la mitraille des paparazzis. En janvier, Valérie Trierweiler y avait d'ailleurs trouvé refuge après les révélations de Closer sur la liaison de François Hollande avec Julie Gayet. 

Depuis que la résidence est occupée par le chef de l'Etat, les journalistes accrédités à l'Elysée n'ont pu fouler qu'une seule fois les gravillons de la cour, à l'occasion d'une conférence de presse commune de Nicolas Sarkozy et du Premier ministre britannique Gordon Brown en 2008, au sujet de la crise financière. Mais devant la curiosité des journalistes pour ce lieu, l'expérience ne fut pas tentée une nouvelle fois.

Gordon Brown et Nicolas Sarkozy donnent une conférence de presse dans la cour de la Lanterne, à Versailles, le 28 octobre 2008.
Gordon Brown et Nicolas Sarkozy donnent une conférence de presse dans la cour de la Lanterne, à Versailles, le 28 octobre 2008. (PATRICK KOVARIK / AFP)

2André Malraux y a vécu pendant sept ans

Sous la IVe République, le pavillon fut occupé par l'ambassadeur des Etats-Unis en France, rappelle Le Figaro. Mais en 1959, le général de Gaulle, arrivé au pouvoir l'année précédente, décide que ce pavillon sera la résidence de villégiature du Premier ministre. Michel Debré et son épouse, Anne-Marie, le rénovent de fond en comble.

En 1962, Georges Pompidou ne voit pas l'utilité d'y séjourner. Le nouveau Premier ministre dispose de sa propre résidence secondaire à Orvilliers, également dans les Yvelines. Lorsqu'un attentat de l'OAS détruit le domicile d'André Malraux à Boulogne-Billancourt, Pompidou propose alors à son ministre de la Culture de lui laisser les clés de la Lanterne. Il y restera sept ans, mettant un soin tout particulier à décorer les lieux et à moderniser le mobilier.

3Rocard y a fait construire piscine et tennis, Balladur y a enterré son chien

Le pavillon de la Lanterne prend encore un peu plus de cachet lors du passage de Michel Rocard (1988-1991), qui y fait construire un court de tennis et une piscine de quinze mètres de long. Le tout, une fois de plus, à l'abri total des regards indiscrets. Le Premier ministre socialiste est épinglé par Le Canard enchaîné pour le coût de ce petit plaisir (environ 1 million de francs), mais ses successeurs peuvent le remercier d'avoir rendu ce lieu si agréable.

"Tous les anciens Premiers ministres bénissaient la Lanterne", affirme Patrice Machuret. Lionel Jospin venait y jouer au tennis presque tous les week-ends, et Edouard Balladur, visiblement attaché à l'endroit, y fit enterrer son chien… avant de le déterrer à son départ de Matignon. L'animal repose désormais derrière son chalet de Chamonix, raconte Le Monde.

4Jospin en a interdit le survol… sauf pour lui

Question de sécurité ou simple besoin de tranquillité ? Le survol du domaine de la Lanterne est interdit. Un aviateur amateur en a fait les frais en 2007, en étant condamné à 800 euros d'amende après un survol non-intentionnel de la zone. C'est Lionel Jospin qui avait décidé de cette interdiction. Le même Lionel Jospin, lorsqu'il atterrissait sur la base aérienne de Vélizy-Villacoublay, toute proche, demandait aux pilotes de faire un crochet pour survoler son petit coin de paradis.

Lionel Jospin s\'adresse à la presse dans les jardins de la Lanterne, à Versailles, le 27 août 2000, après la libération de cinq otages à Jolo, aux Philippines.
Lionel Jospin s'adresse à la presse dans les jardins de la Lanterne, à Versailles, le 27 août 2000, après la libération de cinq otages à Jolo, aux Philippines. (PHILIPPE DESMAZES / AFP)

De tous les dirigeants qui ont séjourné à la Lanterne, l'ex-Premier ministre socialiste est peut-être celui qui a le plus apprécié son passage. Dans son Journal interrompu, son épouse, Sylviane Agacinski, écrit : "C'était pour moi comme si ce pavillon ancien, entouré d'arbres immenses peut-être aussi vieux que lui, nous mettait à l'abri du temps présent et des crises." Le couple aurait même acheté sa maison de l'île de Ré peu avant 2002, appréhendant la nostalgie qui serait la leur lorsque Lionel Jospin quitterait Matignon, raconte Patrice Machuret.

5Sarkozy en a "viré" Villepin avant même sa prise de fonction

Entre 1993 et 1995, lorsque son mentor Edouard Balladur occupe Matignon, le jeune ministre Sarkozy a l'occasion de découvrir les délices de la Lanterne. Et se rêve déjà en locataire des lieux. C'est entendu : Balladur deviendrait président, et lui-même son Premier ministre. L'histoire se déroulera autrement mais, douze ans plus tard, quand il accède à la fonction suprême, Nicolas Sarkozy n'a pas oublié son attachement à la Lanterne.

Désormais, cette résidence si convoitée sera occupée par le chef de l'Etat. Et sans tarder. Le lendemain de son élection, le 7 mai, Nicolas Sarkozy, dont le mandat ne commence que dix jours plus tard, exige de Dominique de Villepin, qui avait prévu d'y passer le week-end des 12 et 13 mai, qu'il quitte les lieux. "Donner la Lanterne à un buveur de jus d'orange, quel gâchis !" se serait exclamé Villepin, amateur des caves de la résidence.

C'est donc depuis la Lanterne, avant la passation de pouvoir, que Nicolas Sarkozy se prépare à occuper son nouveau poste. "Ce fut un véritable défilé. Les amis de fraîche date préféraient la discrétion de la Lanterne, tandis que les alliés de toujours recherchaient alors la visibilité rassurante de l'Elysée. Claude Allègre vint y décliner l'offre d'un ministère, Bernard Kouchner en repartit après l'avoir acceptée", relate Le Monde.

Nicolas Sarkozy (en chemise blanche) reçoit François Fillon à la Lanterne, le 13 mai 2007.
Nicolas Sarkozy (en chemise blanche) reçoit François Fillon à la Lanterne, le 13 mai 2007. (MAXPPP)

Le lieu est important pour Nicolas Sarkozy, qui y reçoit discrètement nombre de visiteurs. C'est là, aussi, qu'il passe sa nuit de noces après son mariage avec Carla Bruni.

6Quand le président s'y prélassait, Matignon réglait l'ardoise

Pauvre François Fillon. Durant ses cinq années passées à Matignon, le Premier ministre de Nicolas Sarkozy aura été privé de la Lanterne. Une situation qui a inspiré à l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin cette réaction : "Il t'a piqué le meilleur du job."

Une privation d'autant plus cruelle que les frais de fonctionnement de la résidence (personnel, entretien, etc.), d'environ 200 000 euros par an, sont restés plusieurs années à la charge de Matignon. L'an dernier, la Cour des comptes a exigé une régularisation de la situation juridique et financière de la résidence. Ces derniers jours, les magistrats financiers ont constaté avec satisfaction qu'une convention d’utilisation transférant officiellement la résidence au président de la République était en cours de signature entre France Domaine et le ministère de la Culture.