Cet article date de plus de dix ans.

Selon Najat Vallaud-Belkacem, la cohabitation est "envisageable" mais ne serait pas "la meilleure des choses"

Invitée de l'émission "Les 4 vérités" sur France 2, mardi 22 mai, la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, a affirmé que si la cohabitation était "envisageable dans l'absolu", elle conduirait à des "blocages évidents".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement (MICHEL EULER / POOL / AFP)

Invitée de l'émission "Les 4 vérités" sur France 2, mardi 22 mai, la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, a affirmé que si la cohabitation était "envisageable dans l'absolu", elle conduirait à des "blocages évidents".

Invitée des "4V" sur France 2, Najat Vallaud-Belkacem a de nouveau mis en garde contre une cohabitation et a rappelé que la loi sur le harcèlement sexuel serait l'un des premiers textes à être étudiés par le Parlement.

Il faut "une majorité solide et cohérente"

"Tout est envisageable dans l'absolu", a noté la porte-parole, interrogée sur l'éventualité d'une cohabitation après les législatives, mais un tel scénario, a-t-elle relevé, serait "inédit".

"Les Français, a souligné la porte-parole, viennent de donner leur confiance à un président de la République sur un programme très précis, un programme fait de changements, un programme de réorientation de la construction européenne, de réformes fiscales..."

"Virer de bord maintenant en changeant de majorité pour les législatives (...) conduirait à un certain nombre de blocages évidents et d'immobilisme dans le pays", a-t-elle poursuivi.

"Très concrètement, je voudrais que les Français puissent voir très rapidement le changement, les familles, les entreprises notamment". "Pour mettre la croissance au coeur des discussions, il faut que le président soit accompagné d'une majorité solide et cohérente", a-t-elle ajouté.

Lundi 21 mai sur Radio Classique, Mme Vallaud-Belkacem, avait estimé qu'une cohabitation en cas de victoire de la droite aux législatives des 10 et 17 juin créerait "une crise politique éminemment grave".

La loi sur le harcèlement sexuel : "une priorité"

La ministre des droits des femmes a également affirmé que la loi sur le harcèlement sexuel était une "priorité absolue", car "toutes les victimes du harcèlement se retrouvent dans un vide juridique préoccupant".

Le Conseil constitutionnel a abrogé début mai, avec effet immédiat, l'article du code pénal sur le harcèlement sexuel, dont il a jugé la formulation trop floue. Toutes les procédures en cours fondées sur cet article sont de fait annulées.

"La priorité sera d'écouter les associations pour définir la nature du texte à adopter", a-t-elle dit. Mme Vallaud-Belkacem a aussi précisé vouloir mettre l'accent sur "la prévention et l'organisation de campagnes de communication".

Et d'affirmer que "ce texte sera étudié par le Parlement dès que l'Assemblée sera élue", ajoutant qu'il devrait "être très sécurisé pour ne pas avoir à être abrogé par le Conseil constitutionnel".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.