Ségolène Royal se dit une nouvelle fois prête "à mener la bataille" de 2022

Ancienne ministre de l'Ecologie, la candidate du PS de 2007 estime qu'elle a réussi à faire collaborer "les socialistes, les écologistes, les centristes" quand elle a dirigé la région Poitou-Charentes et qu'elle est donc à même de rassembler la gauche.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Ségolène Royal à l'Elysée, le 2 mai 2017. (JULIEN MATTIA / NURPHOTO / AFP)

Elle le martèle depuis des mois. Ségolène Royal s'est de nouveau déclarée prête, mercredi 1er juillet, "à mener la bataille" pour "une gauche rassemblée" lors de la prochaine présidentielle de 2022. Selon l'ex-candidate socialiste de 2007, première femme à accéder au second tour, "le bon signal des municipales, c'est que l'écologie s'ancre à gauche. Les écologistes connaissent mon travail, je suis une candidate difficilement dénonçable par eux".

"Je ne suis pas dans un itinéraire personnel"

Plusieurs fois ministre de l'Environnement ou de l'Ecologie (des gouvernements Bérégovoy puis Valls et Cazeneuve), Ségolène Royal, 66 ans, a insisté, dans une interview à l'AFP, sur son travail à la tête de la région Poitou-Charentes, qu'elle a dirigée de 2004 à 2014, "avec les socialistes, les écologistes, les centristes". "J'ai démontré que ça pouvait fonctionner", a-t-elle estimé.

"On nous annonce comme un fait incontournable le face-à-face Macron/Le Pen au second tour en 2022. Ce n'est pas possible de ne pas bouger ! Le vote barrage ne fonctionne plus", explique-t-elle. 

Je ne veux pas voir arriver Marine Le Pen première présidente de la République et me dire à ce moment-là que je n'aurais rien fait pour empêcher ça"

"Je ne suis pas dans un itinéraire personnel. Si quelqu'un est mieux placé que moi, je le soutiendrai", affirme-t-elle également.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.