Ségolène Royal : "Interdire aux banques de spéculer"

Pour la candidate à la primaire socialiste, sans une moralisation imposée au système bancaire, la crise se répètera. Elle se dit également favorable à la proposition de Christine Lagarde de recapitaliser les banques européennes.

Pour Ségolène Royal, une sortie de crise passe par une responsabilisation des banques.
Pour Ségolène Royal, une sortie de crise passe par une responsabilisation des banques. (PATRICK KOVARIK / AFP)

Pour la candidate à la primaire socialiste, sans une moralisation imposée au système bancaire, la crise se répètera. Elle se dit également favorable à la proposition de Christine Lagarde de recapitaliser les banques européennes.

Pour Ségolène Royal, "le pouvoir politique doit avoir le courage d'imposer aux banques des règles". Invitée ce matin de la Matinale sur Canal+, la prétendante à l'investiture socialiste a attaqué de front le "manque de courage" de Nicolas Sarkozy et des dirigeants européens face à la situation économique.

Pour elle, "tant que les règles concernant les banques ne changeront pas, alors la crise reviendra". La solution, selon la présidente de la région Poitou-Charentes, serait d'imposer aux banques "l'interdiction de spéculer" ajoutant que "c'est un vrai scandale de voir les banques continuer à s'enrichir et commander au système économique alors qu'elles devraient obéir".

Elle s'est également dite favorable à la proposition de Christine Lagarde, la directrice du FMI, qui demande une recapitalisation des banques européennes. "Je crois qu'elle a raison, et que le système bancaire veut dissimuler sa fragilité pour continuer à n'en faire qu'à sa tête."

Une proposition jusqu'ici vertement critiquée par de nombreux responsables politiques et patronaux européens qui estiment que la "recapitalisation urgente" demandée le 30 août par l'ancienne ministre de l'Economie de Nicolas Sarkozy a contribué à fragiliser encore un peu plus les institutions financières européennes déjà sous la pression des marchés financiers.