Sciences Po Paris : quatre étudiants veulent ouvrir une antenne du Front national

Ce serait une première pour la célèbre école, qui accueille déjà une antenne du Parti socialiste et des Républicains. 

L\'entrée de Sciences Po Paris, en janvier 2009.
L'entrée de Sciences Po Paris, en janvier 2009. (FRANCK FIFE / AFP)

Le Front national pourrait bien faire sa rentrée à Sciences Po Paris. Un petit groupe d'étudiants de la prestigieuse école s'apprête à ouvrir une antenne du parti d'extrême droite. Ce serait une première pour l'établissement, qui accueille déjà des antennes du PS et des Républicains. "On s’attaque à des choses qui n’ont jamais été faites, on s’attend à faire du bruit. On veut marquer", assure David Masson-Weyl, président du Collectif Marianne, lié au FN, jeudi 27 août, sur RTL

L'étudiant de 22 ans, qui vient d'être admis à Sciences Po Paris, compte bien créer son association. A l'occasion de la rentrée scolaire, prévue le 31 août, David Masson-Weyl va déposer une demande officielle pour créer l'antenne "FN Sciences Po". Il est soutenu dans son initiative par trois autres étudiants en Master.

Au moins 120 étudiants doivent voter pour eux

Leurs parcours politiques sont étonnants. Ils viennent de l'UMP, du PS et du Front de gauche. "J'ai fait la campagne de François Hollande et j'ai voté pour un candidat qui promettait d'arrêter l'austérité en Europe et critiquait les hausses d'impôts menées par Nicolas Sarkozy. Et il a fait l'inverse", avance Antoine Chudzik, un ancien membre du Mouvement des jeunes socialistes, cité par Le Lab d'Europe 1. Les quatre étudiants veulent changer le regard sur le Front national.

Mais il n'est pas certain que leur projet aboutisse. "Cela dépendra surtout de l'émoi et de l'écho que provoquera cette candidature", estime la direction de Sciences Po, interrogé par RTL. Au moins 120 étudiants de l'école doivent soutenir l'association pour qu'elle voie le jour. Le vote électronique est prévu début octobre.