Cet article date de plus de neuf ans.

"Sarkozy ne peut plus nous battre", affirme Pierre Moscovici, directeur de la campagne Hollande

"Nicolas Sarkozy ne peut plus nous battre car les Français veulent un autre président", affirme Pierre Moscovici, le directeur de campagne de François Hollande dans un entretien publié par le quotidien gratuit "Direct Matin", mardi 17 janvier.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Pierre Moscovici (le 8 janvier 2012) (Michel Stoupak / citizenside.com)

"Nicolas Sarkozy ne peut plus nous battre car les Français veulent un autre président", affirme Pierre Moscovici, le directeur de campagne de François Hollande dans un entretien publié par le quotidien gratuit "Direct Matin", mardi 17 janvier.

"J'ai la conviction que si la gauche unit ses forces nous l'emporterons. Nicolas Sarkozy ne peut plus nous battre car les Français veulent un autre président. A nous de montrer que nous avons le talisman du changement".

Tels sont les propos optimistes et très affirmatifs tenus dans "Direct Matin" du mardi 17 janvier par Pierre Moscovici, directeur de campagne de François Hollande, à quelque 96 jours du premier tour de la présidentielle.

Interrogé sur le recul de François Hollande dans les sondages par rapport à son plus haut, M. Moscovici relativise : "Il faut être vigilant mais le tassement est relatif et il était prévisible. Les niveaux de 38-39 % auxquels il était ne correspondent pas à l'équilibre politique français. Son niveau actuel, entre 28 et 30 %, est plus que satisfaisant et on continue à avoir des seconds tours écrasants, inédits à trois mois d'une élection".

Toujours à propos du premier tour, M.Moscovici affirme avoir "la conviction qu'il n'y a pas de match à quatre", tout en précisant "mais François Hollande n'a pas oublié le 21 avril 2002", le jour où Lionel Jospin fut éliminé dès le premier tour de la présidentielle.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.