Cet article date de plus de sept ans.

Sarkozy joue la main de fer dans le gant de velours

Après Facebook et le JDD, Nicolas Sarkozy a signé son retour politique en accordant dimanche une interview au 20h de France 2. Pendant près de 45 minutes, il a expliqué pourquoi il avait fait le choix de revenir.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Nicolas Sarkozy s'en est pris à la politique actuelle et à François Hollande. © REUTERS/Lionel Bonaventure)

Nicolas Sarkozy dimanche soir, c'était une main de fer dans un gant de velours. La main de fer, c'est à François Hollande qu'il l’a destinée, avec qui il dit pourtant ne pas vouloir polémiquer. Mais il ne l’a pas épargné pour autant. “Que reste-t-il de sa longue série d'anaphores pendant la campagne présidentielle ? Une longue série de mensonges ”, assène l'ancien Président."Moi je n'ai pas menti ", a-t-il répété à quatre reprises. S’il a vivement critiqué François Hollande, il n’a toutefois pas appelé à sa démission. “J'espère qu'il ira au bout de son mandat ”, a dit Nicolas Sarkozy.

Couteaux tirés à l'UMP

Le gant de velours, c'est à Alain Juppé et François Fillon qu'il l’a réservé. “Alain Juppé, c'est un partenaire, un ami, j'ai de l'admiration pour lui, j'aurai besoin de lui. François Fillon, on a travaillé sans aucun nuage. J'aurai aussi besoin de lui ”, a indiqué l’ancien président.

A LIRE AUSSI ►►► Nicolas Sarkozy : "J'aurai besoin" d'Alain Juppé et François Fillon

Je dois travailler avec tous les membres de ma famille ”, a-t-il encore ajouté. Nicolas Sarkozy joue donc la carte du grand rassembleur alors que les couteaux sont tirés à l'UMP. Dernier épisode ce soir : au moment même de l'interview, Alain Juppé présentait sur son son blog son "projet pour l'alternance ".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.