Cet article date de plus de dix ans.

Sarkozy chahuté à Bayonne : MAM mise en cause

Selon Le Monde, Michèle Alliot-Marie serait tenue responsable par l'UMP du désastreux déplacement de Nicolas Sarkozy jeudi 1er mars à Bayonne, où, chahuté, il a dû se réfugier dans un café.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Michèle Alliot-Marie et Nicolas Sarkozy visitant une ferme dans le pays basque (AFP)

Selon Le Monde, Michèle Alliot-Marie serait tenue responsable par l'UMP du désastreux déplacement de Nicolas Sarkozy jeudi 1er mars à Bayonne, où, chahuté, il a dû se réfugier dans un café.

"Ca a chauffé, vendredi 2 mars au matin, au QG du candidat Nicolas Sarkozy, après les manifestations hostiles qui ont accueilli son déplacement à Bayonne", écrit le journaliste du Monde, Patrick Roger.

Dans la ligne de mire, selon lui, Michèle Alliot-Marie, députée UMP des Pyrénées Atlantiques qui "a voulu monter ce déplacement chez elle".

L'organisation prise en main par Alliot-Marie

Toujours selon Le Monde, l'organisation a été prise en main par l'ancienne ministre, avec des militants de son association "Le Chêne", mais sans l'intervention de l'UMP ni au plan local, ni au plan national.

Il manquait donc de militants UMP en force sur le terrain pour contrebalancer les manifestants anti-Sarkozy, nettement plus nombreux, selon un responsable du parti présidentiel, cité par le journal.

Evincée en 2011 du gouvernement Fillon pour sa proximité avec le clan de l'ancien chef de l'Etat tunisien Ben Ali, Michèle Alliot-Marie a tenté de refaire surface pendant la campagne, notamment en organisant des conventions UMP.

Le maire UMP de Bayonne va envoyer une lettre d'excuses au chef de l'Etat

Toujours selon Le Monde, le maire (UMP) radical de Bayonne va envoyer une lettre d'excuses au chef de l'Etat après les incidents de mardi.

Nicolas Sarkozy a été chahuté par des manifestations socialistes et indépendantistes basques jeudi, dans les Pyrénées-Atlantiques. Un accueil que le président de la République a ainsi expliqué : "Hollande a annoncé l'épuration, forcément, ça échauffe les esprits des gens de la base".

Les "gens de la base" apprécieront. Quant à François Hollande, il a fustigé "les excès" du président sortant.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.