Béziers : l’Algérien que Robert Ménard a accusé de mariage blanc placé en centre de rétention et sur le point d’être expulsé

Sous le coup d'une obligation de quitter le territoire français, le jeune homme pourrait être expulsé vers l'Algérie dans les 48h.
Article rédigé par franceinfo, avec France Bleu
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Le maire de Béziers Robert Ménard dans la cour de l'Élysée le 4 juillet 2023. (LUDOVIC MARIN / POOL / POOL POOL)

Le jeune Algérien que le maire de Béziers (Hérault), Robert Ménard, a refusé de marier, a été placé en centre de rétention et il est sur le point d’être expulsé en Algérie, a appris France Bleu Hérault de la compagne du détenu, confirmé par la préfecture de l’Hérault.

>>> "Je ne les marierai pas !" : le maire de Béziers refuse l'union d'une Française avec un Algérien menacé d'expulsion

Lundi 17 juillet, l’homme de 23 ans a été convoqué par la police aux frontières, à la demande du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, pour faire un point sur sa situation administrative, explique sa compagne, à France Bleu Hérault. Mais "il n'est pas rentré hier soir et il a été gardé en rétention à la demande de la préfecture", s’inquiète-t-elle. La préfecture a confirmé à France Bleu Hérault que le jeune homme avait bien été placé en zone de rétention administrative à Sète (Hérault) lundi soir. Sous le coup d'une OQTF (obligation de quitter le territoire français), il pourrait être expulsé dans les 48 heures, à condition que l'Algérie accorde un laissez-passer.

Le juge des libertés et de la détention doit statuer mercredi sur sa libération ou la prolongation de sa rétention, le temps que le préfet de l'Hérault fasse toutes les démarches d'expulsion auprès du consulat algérien, son pays d'origine.

Une plainte déposée par le couple

Le jeune homme, en France depuis l'âge de 16 ans, est en situation irrégulière. Il est visé par une obligation de quitter le territoire (OQTF) délivré le 26 août 2022. Ce matelot, diplômé au lycée de la mer de Sète, devait se marier vendredi 7 juillet avec une Biterroise, ancienne secrétaire d’un avocat. Mais le maire Robert Ménard a refusé de célébrer cette union, malgré l'aval de la justice. L’édile soupçonnait "un mariage blanc". "Cette situation est ubuesque", a déclaré Robert Ménard à France Bleu Hérault le 7 juillet. "Le gouvernement se plaint de ne pas retrouver les individus qui doivent être expulsés du territoire, et là il va y en avoir un dans ma mairie, et je vais devoir le marier ? Il n’en est pas question !"

Le couple ensemble depuis 2022 dément les accusations de mariage blanc : "On est amoureux". Ils ont de leur côté porté plainte au commissariat de Béziers. Une autre plainte identique a été déposée par SOS Racisme au niveau national pour faire respecter le droit fondamental de pouvoir se marier.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.