Comment le député François Hollande dépensait sa réserve parlementaire

Francetv info a pu consulter le document obtenu par un citoyen auprès du ministère de l'Intérieur sur la réserve parlementaire. Il détaille notamment les subventions allouées en 2011 par François Hollande.

François Hollande, alors député de Corrèze, le 15 janvier 2011 à Tulle (Corrèze).
François Hollande, alors député de Corrèze, le 15 janvier 2011 à Tulle (Corrèze). (PIERRE ANDRIEU / AFP)

Le document fait 1 038 pages. Il contient des informations jamais publiées sur la réserve parlementaire, l'un des secrets les mieux gardés de notre république. Au terme d'une longue bataille juridique, Hervé Lebreton, un professeur de mathématiques du Lot-et-Garonne, a obtenu mardi 25 juin la liste des subventions allouées au titre de la réserve parlementaire aux collectivités territoriales (mairies, départements, etc.) pour l'année 2011, soit 150 millions d'euros.

Pour l'heure, cet ancien candidat (sans étiquette) à la législative partielle de Villeneuve-sur-Lot ne souhaite pas publier l'intégralité du document, préférant distiller les informations au cas par cas. Parmi les 577 députés et 348 sénateurs, francetv info a pu consulter le dossier d'un certain François Hollande, alors député de la 1re circonscription de Corrèze et président du conseil général.

Un député peu dépensier

Pour l'année 2011 et les collectivités locales, le député Hollande a obtenu 38 subventions, pour un total de 187 000 euros. Cette somme le place loin de la liste des quinze parlementaires les mieux dotés établie par Europe 1, qui occupaient les plus hauts postes du Parlement.

Le premier est le président de l'Assemblée nationale de l'époque, Bernard Accoyer (UMP), qui a ainsi distribué près de 12 millions d'euros. Le quinzième, le sénateur de la Nièvre Didier Boulaud (PS), a versé 729 000 euros. François Hollande est cependant mieux doté que la moyenne de ses collègues (162 000 euros). Et il a touché 57 000 euros de plus que la limite fixée en 2012

Tulle décroche le gros lot

Contrairement à Bernard Accoyer, qui n'a versé qu'un tiers de sa réserve à son département de Haute-Savoie, François Hollande s'est concentré sur la seule Corrèze. Si les deux circonscriptions ont bénéficié de ses faveurs, c'est logiquement la sienne qui s'en tire le mieux, avec 28 des 38 subventions allouées.

C'est la ville de Tulle, dont il fut maire de 2001 à 2008, qui décroche le coup de pouce le plus important : 20 000 euros pour "la construction de toilettes publiques sur la place de Smolensk", un chantier à 117 500 euros.

Les toilettes publiques du marché de la Gare, place de Smolensk, à Tulle (Corrèze).
Les toilettes publiques du marché de la Gare, place de Smolensk, à Tulle (Corrèze). (GOOGLE STREET VIEW / FRANCETV INFO)
 

La restauration de la toiture de la mairie de Beaumont, la réfection des allées du cimetière de Saint-Bonnet-la-Rivière ou la passerelle sur la Luzège... Les autres subventions, qui ne dépassent jamais 40% du budget du projet, sont moins importantes, avec une moyenne de 5 054 euros. Le plus petit chèque est de 900 euros, pour la restauration du four à pain d'Astaillac.

 

Capture d\'écran du prospectus de la mairie d\'Astaillac pour la rénovation de son four à pain.
Capture d'écran du prospectus de la mairie d'Astaillac pour la rénovation de son four à pain. (MAIRIE D'ASTAILLAC / FRANCETV INFO)

Des élus socialistes récompensés

Dans la grande majorité des cas, il est difficile d'identifier la couleur politique des maires des communes bénéficiaires de la réserve parlementaire de François Hollande. Mais on retrouve au moins six édiles socialistes dans le lot. C'est le cas par exemple du sénateur-maire René Teulade, qui a touché 5 000 euros pour l'installation d'un "toboggan de type pentagliss" à la piscine "Le splash" de sa commune d'Argentat.

Candidat malheureux aux cantonales face à Bernadette Chirac cette année-là, François Barbazange, le maire de Corrèze, a reçu 7 000 euros pour financer le nouveau salon du club de football de la ville. Certains, comme l'élu de Peyrelevade, Pierre Coutaud, ou le maire de Chameyrat, Alain Vaux, feront ensuite campagne pour porter le député de Corrèze à l'Elysée.

Mais François Hollande n'a pas donné qu'à des maires sans étiquette ou socialistes. Le maire de Saint-Jal, Jean-Jacques Lauga, proche de l'UMP, a reçu 2 000 euros pour l'acquisition d'un... tracteur tondeuse.

>> La subvention allouée pour les toilettes publiques de Tulle, telle qu'elle figure sur le document transmis à Hervé Lebreton. 

La subvention pour les toilettes publiques de Tulle by ftvi

>> Les subventions aux collectivités locales financées par la réserve parlementaire de François Hollande, compilées par Hervé Lebreton.

Les subventions aux collectivités locales financées par la réserve parlementaire de François Hollande en 2... by ftvi