Le gouvernement Valls au complet : et les 17 recalés sont…

Au total, seuls 21 des 37 ministres que comptait le gouvernement Ayrault font aujourd'hui partie du gouvernement Valls.

Des membres du gouvernement Ayrault pendant une conférence de presse de François Hollande, le 16 mai 2013 à Paris.
Des membres du gouvernement Ayrault pendant une conférence de presse de François Hollande, le 16 mai 2013 à Paris. ( MAXPPP)

Ils sont donc dix-sept. Après la nomination des secrétaires d'Etat, mercredi 9 avril, on connaît maintenant la liste des recalés du gouvernement Valls, c'est-à-dire ceux qui étaient ministres ou ministres délégués dans le gouvernement Ayrault, et qui n'ont été ni maintenus dans leurs fonctions, ni recasés dans un autre ministère.

Vincent Peillon, ancien ministre de l'Education nationale, est tête de liste PS aux élections européennes, et retrouvera donc le Parlement européen à l'issue du scrutin. Pierre Moscovici, déchu de son poste de ministre de l'Economie et des Finances, est quant à lui candidat au poste de commissaire européen. Les écologistes Cécile Duflot (Logement) et Pascal Canfin (Développement) avaient fait savoir qu'ils ne souhaitaient pas faire partie d'un gouvernement dirigé par Manuel Valls.

Pas de répéchage non plus pour les anciens ministres Philippe Martin (Ecologie), Victorin Lurel (Outre-mer), Alain Vidalies (Relations avec le Parlement), François Lamy (Ville), Guillaume Garot (Agroalimentaire), Michèle Delaunay (Personnes âgées et Dépendance) et Marie-Arlette Carlotti (Personnes handicapées), qui peuvent retrouver leur siège de député à l'Assemblée nationale.

Nicole Bricq (Commerce extérieur), Thierry Repentin (Affaires européennes), Anne-Marie Escoffier (Décentralisation) et Hélène Conway-Mouret (Français de l'étranger) devraient de leur côté retrouver leurs fauteuils au Sénat. Quant à Dominique Bertinotti (Famille) et Yamina Benguigui (Francophonie), leur avenir se poursuivra aussi loin du gouvernement que du Parlement.