Relaxe d’Éric Dupond-Moretti : "Nous considérons au Rassemblement national qu’il est politiquement coupable", assure le député Thomas Ménagé

Publié
Durée de la vidéo : 9 min
Relaxe d’Éric Dupond-Moretti : "Nous considérons au Rassemblement national qu’il est politiquement coupable", assure le député Thomas Ménagé
Relaxe d’Éric Dupond-Moretti : "Nous considérons au Rassemblement national qu’il est politiquement coupable", assure le député Thomas Ménagé Relaxe d’Éric Dupond-Moretti : "Nous considérons au Rassemblement national qu’il est politiquement coupable", assure le député Thomas Ménagé (Franceinfo)
Article rédigé par franceinfo - B. Klein
France Télévisions
franceinfo
Thomas Ménagé, député Rassemblement national du Loiret, était l’invité politique du mercredi 29 novembre. Sur le plateau du 19/20 info, il est largement revenu sur la relaxe d’Éric Dupond-Moretti et sur la mort de Thomas à Crépol.

Mercredi 29 novembre, Éric Dupond-Moretti a été relaxé par la Cour de justice de la République. "C’est une décision de justice, donc je n’ai pas à la commenter. Je ne connaissais pas les détails du dossier. Les juges ont parlé. (…) Il est juridiquement relaxé, mais nous considérons au Rassemblement national qu’il est politiquement coupable", indique Thomas Ménagé, député RN du Loiret. Selon le parlementaire, il est "coupable de la situation dans le pays", notamment "en matière de laxisme judiciaire".

Une division des Français

Après la mort de Thomas à Crépol (Drôme), le ministre de la Justice a accusé le Rassemblement national de monter la France l’une contre l’autre. "Malheureusement, je pense que c’est son action qui petit à petit divise les Français et mène à ces volontés de se faire justice soi-même", estime le député, qui salue la décision de Gérald Darmanin de dissoudre certains mouvements d’ultradroite. En revanche, Thomas Ménagé "demande la démission de tout le gouvernement". Selon lui, sur la question de Crépol, Éric Dupond-Moretti aurait "cherché à détourner l’attention"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.