Régions, rythmes scolaires, cotisations : les annonces de Valls

La suppression des charges pour l'employeur d'un salarié payé au smic, l'allègement du coût du travail de 30 milliards d'euros d'ici 2016 ou la réduction de moitié du nombre de régions en France avant le 1er janvier 2017 : le discours de politique générale de Manuel Valls, mardi après-midi devant l'Assemblée nationale, a été l'occasion de quelques annonces majeures.

(Reuters)

Manuel Valls avait 45 minutes, mardi, pour tenter de convaincre les députés de la légitimité de son nouveau gouvernement.

Et pour montrer à l'Assemblée nationale que les choses avaient changé par rapport à Jean-Marc Ayrault - qu'il n'a pas manqué de saluer - le nouveau Premier ministre a multiplié les annonces et les promesses.

"La vérité aux Français "

Débutant son discours de politique générale en annonçant qu'il devait "la vérité aux Français ", le nouveau chef du gouvernement n'a cessé de faire référence aux difficultés que traversaient le pays. 

"Vérité sur la situation d'urgence de notre pays. Vérité sur les solutions
qu'il faut y apporter. La France est à un moment de son histoire où il faut se
concentrer sur l'essentiel. Et l'essentiel, c'est de redonner confiance aux
Français dans leur avenir"

"Trop de souffrance, pas assez d'espérance, telle est la situation de la France ", a-t-il lancé devant les députés, expliquant qu' à travers leur vote durant les municipales, les Français "ont dit leur peur de l'avenir ".

50 milliards d'économies en deux ans

Du coup, le Premier ministre a annoncé de nombreuses mesures, pour stimuler la croissance sans creuser les déficits publics, confirmant tout d'abord 50 milliards d'euros d'économies de 2015 à 2017.

"Je ne veux pas casser la croissance, sinon nos déficits ne
diminueront pas et le chômage ne sera pas réduit. Bien sûr, il
faut redresser nos comptes publics mais sans casser notre modèle
social et nos services publics, sinon les Français ne
l'accepteraient pas"

Manuel Valls a ainsi détaillé le futur pacte de responsabilité, avec la réduction à 28 % du taux normal de l'impôt sur les sociétés. Les cotisations familiales devraient également être abaissées pour les salaires, jusqu'à trois fois et demi le Smic.

Mais la mesure la plus forte est l'annonce de la suppression des charges pour l'employeur d'un salarié payé au Smic au 1 er janvier 2015. 

"Pour les salaires jusqu'à 3 fois et demi le Smic, c'est-à-dire plus de 90 %
des salariés, les cotisations famille seront abaissées de 1,8 point au 1er
janvier 2016"

Le nombre de régions divisé par deux

Manuel Valls a également proposé "de réduire de
moitié le nombre de régions
" d'ici à 2017, et de supprimer les conseils
départementaux "à l'horizon 2021 ", pour simplifier le "millefeuille territorial ".

"En l'absence de propositions, après les élections
départementales et régionales de mars 2015, le gouvernement
proposera par la loi une nouvelle carte des régions. Elle sera
établie pour le premier janvier 2017
", a-t-il dit, ajoutant
qu'une nouvelle carte des intercommunales entrerait aussi en
vigueur début 2018.

La réforme des rythmes scolaires "assouplie "

Au niveau de l'éducation, Manuel Valls a annoncé que la réforme des rythmes scolaires serait  "assouplie (...)  après les concertations nécessaires avec les enseignants, les
parents et les élus
".

"L'aménagement des rythmes scolaires est une bonne réforme car avec elle, beaucoup plus d'enfants ont accès à des activités périscolaires, sportives,
culturelles très complémentaires de l'éducation donnée par les enseignant
s",
a-t-il fait valoir dans un hémicycle agité.

Les syndicats de l'Education
nationale attendent des précisions sur la "souplesse" annoncée par le
Premier ministre. Au syndicat UNSA-enseignant, Christian Chevalier se dit " dans
le brouillard " alors que le dossier est urgent.

Selon le ministère de l'Education
nationale, la "souplesse" devrait permettre à toutes les communes d'appliquer
la réforme, elles pourront par exemple regrouper les activités sur une
demi-journée. La nouvelle approche est rassurante pour le président de l'Association des maires de
France (AMF) mais Jacques Pélissard regrette que la question cruciale du
financement au-delà de 2015 n'ait pas été abordée. 

Pour l'instant, seules 17 % des communes sont passées à la semaine de quatre
jours et demi dès la rentrée 2013. Parmi les communes restantes, 93 % s'y sont
déjà engagées pour la rentrée 2014, a rappelé le Premier ministre.

Une loi sur la transition énergétique présentée avant l'été

Autre annonce : la présentation avant l'été d'une loi sur la transition énergétique, qui comprendra l'objectif de limiter le nucléaire à 50 %
de la production d'électricité d'ici à 2025.

Saluant à travers cette transition énergétique "une formidable opportunité économique " devant permettre de réduire le déficit commercial du pays, Manuel Valls a affirmé que cette mesure était l'une de ses "priorités ". Il souhaite s'appuyer sur "une stratégie bas carbone " pour faire
face à "l'enjeu planétaire majeur " du climat.