Pour Moody's, la réforme territoriale ne générera pas d'économies

"Ces mesures ne font que redistribuer les coûts vers d'autres organes de l'Etat", critique l'agence de notation.

Le nouveau bâtiment du conseil régional d\'Auvergne, à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme).
Le nouveau bâtiment du conseil régional d'Auvergne, à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). (MAXPPP)

Pour le gouvernement, la réforme territoriale pourrait rapporter 12 à 25 milliards d'euros. Pour l'agence de notation Moody's, elle ne générera aucune économie. Début juin, c'est pourtant bien dans le but de faire des économies que François Hollande a annoncé le passage de 22 à 14 régions et la suppression des départements à l'horizon 2020.

Or, cette réforme territoriale n'aidera probablement pas les collectivités locales à atteindre leurs objectifs budgétaires, estime l'agence de notation Moody's Investors Service. "Ces mesures ne font que redistribuer les coûts vers d'autres organes de l'Etat", explique l'analyste de Moody's Daniel Marty.

La masse salariale pointée du doigt

De plus, les économies générées par la réduction du nombre de collectivités territoriales mettront du temps à se matérialiser et il n'est pas prouvé que les coûts baissent finalement. Le gouvernement compte aussi transférer aux régions certaines des responsabilités jusqu'ici dévolues aux départements dans l'éducation ou le social.

"Ces changements vont faire faire quelques économies aux collectivités locales, mais sans de sérieuses réductions dans les coûts en pleine expansion de la masse salariale, nous ne pensons pas que les économies seront substantielles", estime Moody's.

Avec cette réduction du nombre de collectivités, Moody's redoute de voir les salaires des personnels moins bien payés s'aligner vers le haut sur les salaires des employés d'autres collectivités. Pour l'agence de notation, les collectivités locales devront trouver ailleurs les ressources financières supprimées par l'Etat, soit 28 milliards d'euros pour la période 2014-2017.