Cet article date de plus de dix ans.

Rachida Dati soutient une candidate dissidente UMP à Paris aux législatives

Mardi 22 mai, Rachida Dati a apporté son soutien à Brigitte Kuster candidate UMP dissidente face à Bernard Debré dans la 8e circonscription. Même si elle n'est plus candidate, la maire du VIIe arrondissement veut toujours exister dans la capitale.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Rachida Dati, lors de la campagne présidentielle (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Mardi 22 mai, Rachida Dati a apporté son soutien à Brigitte Kuster candidate UMP dissidente face à Bernard Debré dans la 8e circonscription. Même si elle n'est plus candidate, la maire du VIIe arrondissement veut toujours exister dans la capitale.

Rachida Dati, où l'art de flirter avec les limites. Ceux qui pensaient que l'abandon de sa candidature aux législatives à Paris signifiait son silence en sont pour leurs frais.

Soutien à une candidate UMP dissidente

Hier, la maire du VIIe a envoyé plusieurs messages de soutien à Brigitte Kuster, candidate dissidente UMP dans la 4e circonscription de la capitale, et maire du XVIIe arrondissement. Un déplacement commun entre les deux femmes devrait être finalisé les prochains jours.

Echange de tweets aimables entre Rachida Dati et Brigitte Kuster (Capture écran de twitter)

Mme Dati place ce soutien sous le signe de la parité. A Paris, aucune femme n'a été investie dans une circonscription alors qu'il y avait deux députées sortantes, Martine Aurillac et Françoise de Panafieu qui ne se représentent pas. Mais Mme de Panafieu avait adoubé sa fidèle lieutenant Mme Kuster pour lui succéder.

Problème, la 4e circonscription est le produit d'une fusion entre la partie sud du XVIIe arrondissement (ancienne circonscription de Mme de Panafieu) et la partie nord du XVIe (circonscription de Bernard Debré). L'UMP a tranché au profit du député sortant au détriment de Mme Kuster, d'habitude candidate dans l'autre circonscription du XVIIe acquise à la gauche.

En janvier, les élues parisiennes tentées par une dissidence, promettaient de se serrer les coudes. Mais à l'exemple de Mme Dati, la raison politique et la nécessité de l'union sont venues à bout de leurs ambitions. Sauf dans le XVIIe, où les rivalités préexistaient à la guerre Fillon/Copé dans la capitale et sont bien plus aiguës que celle-ci.

Tweetclash entre elle et Bernard Debré

Mais en soutenant Mme Kuster, l'ancienne garde des sceaux s'offre un petit plaisir personnel. Elle prend une revanche sur le célèbre urologue qui avait été un de ceux à la critiquer le plus sévèrement lors de son offensive contre François Fillon.

"Tu n'aurais pas dû écrire de telles niaiseries sur le Premier ministre. Il fut ton patron quand tu étais ministre. Il t'a poussée pour que tu continues ta carrière. Tu n'aurais pas dû à ce point te montrer arrogante. La politique, ce n'est pas Gala, Paris Match ou Closer , écrivait-il dans une tribune publiée par le journal "Le Monde".

Elle lui avait répondu en le traitant d'hétitier, vocable qu'elle reprend dans un tweet de ce jour de façon plus violente. "B. Debré parle de famille ! On rêve ! Quand ça l'arrange il renie une partie de sa famille. Et quand ça l'arrange, il utilise son nom", écrit-elle sur son compte Twitter.

"Elle est grillée maintenant", selon un conseiller de Paris

Un peu plus tôt le député UMP de Paris, lui avait reproché de "l'agresser et de jeter une nouvelle fois son venin" dans un texte publié sur son blog.

Au-delà de la vendetta personnelle, la maire du VIIe tient ainsi à rappeler sa présence dans les affaires parisiennes et à rebondir après son retrait, jugée "piteux" par certains. "Elle est grillée maintenant", témoignait la semaine dernière un conseiller de Paris qui ne lui est pas défavorable. M. Debré est un soutien de M. Fillon dans la capitale.

A ceux qui l'auraient cataloguée très vite comme "une tigresse de papier", elle veut montrer qu'elle peut encore rugir et griffer.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.