Suicide de la policière Maggy Biskupski : "Le mal-être dans la police est réel" reconnaît Christophe Castaner

Lors des questions d’actualité au gouvernement du Sénat, le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a parlé d’un "événement tragique", après le suicide de Maggy Biskupski, policière engagée qui dénonçait le mal-être dans la police.

Public Sénat

C’était la figure du mouvement de colère des policiers. Lors des questions d’actualité du Sénat, le sénateur LR François Grosdidier a interrogé le gouvernement suite au suicide de Maggy Biskupski, qui était membre de la BAC de nuit des Yvelines. "Vous ne l’avez pas écouté mais vous l’avez fait entendre par l’IGPN pour atteinte à l’image de la police" a reproché le sénateur de la Moselle.

Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a regretté un "événement tragique, la mort d’une femme gardien de la paix engagée pour défendre la cause des policiers". "Je vous invite à attendre le résultat de l’enquête engagée pour connaître les raisons de son geste" a-t-il demandé, "mais au-delà, le mal-être dans la police est réel. Je ne vous opposerai pas les chiffres sur le suicide des policiers en forte baisse cette année par rapport à l’année précédente. Il y a cette réalité du mal-être".

Christophe Castaner souligne que les moyens de la police sont renforcés et que la réforme de la procédure pénale va permettre aux policiers d’être plus présent sur le terrain.

Rugy : "Nous avons dit qu’il faut moins taxer le travail et davantage taxer la pollution"

Question ensuite du sénateur LR de la Haute-Loire, Laurent Duplomb, sur la hausse des prix du carburants, quelques jours avant le mouvement du 17 novembre. "Nous avons dit aux Français la vérité quand nous avons été élus" répond le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, "nous avons dit qu’il faut moins taxer le travail, l’emploi et les entreprises et davantage taxer le carbone et la pollution. Et nous avons pris des mesures d’accompagnement".

François de Rugy souligne les mesures concrètes déjà prises et leurs effets : "250.000 Français ont pu changer de voiture grâce à une prime à l’achat de 1.000 ou 2.000 euros", "1 millions de Français ont pu faire des travaux d’économie d’énergie grâce au crédit d’impôt et 3,6 millions de Français ont bénéficié du chèque énergie".

A lire également sur PublicSénat.fr : "Dépassés par le mouvement du 17 novembre, les politiques suivent plus ou moins"

Christophe Castaner
Christophe Castaner (DR)