Cet article date de plus de six ans.

Vidéo Hamon ne voit pas la gauche au second tour en 2017 sans un changement de politique

Publié Mis à jour
Article rédigé par
France Télévisions

L'ex-ministre estime que le gouvernement doit laisser une "empreinte sociale" à la fin du quinquennat s'il veut donner tort aux mauvais sondages.

Benoît Hamon n'est pas défaitiste, assure-t-il, mais il "regarde la réalité en face" : l'ancien ministre a estimé, mercredi 27 mai, sur RMC et BFMTV, que la gauche n'est aujourd'hui "pas en situation" de passer le premier tour de l'élection présidentielle. Le député des Yvelines pense que François Hollande a encore ses chances pour 2017, mais seulement si son action prend un virage plus social.

Hollande, le candidat "légitime" en 2017 car sortant

"Si nous ne laissons pas une empreinte sociale, je pense que nous ne passerons pas le cap du premier tour", estime Hamon, qui base son constat sur les résultats des dernières élections et les estimations. "Il n'y a pas un sondage qui nous mette au second tour de l'élection présidentielle, quel que soit notre candidat."

Mais l'ex-ministre de l'Education considère qu'il est encore temps de changer de politique d'ici à la fin du quinquennat. "Deux ans, c'est énorme", a-t-il répliqué à Jean-Jacques Bourdin. Benoît Hamon voit également en François Hollande le candidat "légitime" de son camp en 2017, en tant que président sortant.

Début mai, un sondage révélait que 70% des personnes interrogées préféraient une candidature de Manuel Valls à la présidentielle, plutôt que de François Hollande, et plaçait les deux hommes en troisième position au premier tour de l'élection.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Parti socialiste

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.