Les "frondeurs" du PS mettent en garde contre "un renoncement continu" de la gauche

Dans un texte que s'est procuré "Le Monde", les élus socialistes contestataires proposent un plan d'urgence pour l'économie.

Les députés socialistes \"frondeurs\" Christian Paul et Laurent Baumel lors de la traditionnelle fête de la Rose de Frangy-en-Bresse (Saône-et-Loire), le 24 août 2014.
Les députés socialistes "frondeurs" Christian Paul et Laurent Baumel lors de la traditionnelle fête de la Rose de Frangy-en-Bresse (Saône-et-Loire), le 24 août 2014. (MAXPPP)

"La gauche a une obligation de fidélité à ses engagements", préviennent les "frondeurs", qui comptent bien faire entendre leur voix à l'université d'été du PS. Les socialistes contestataires doivent lancer à La Rochelle (Charente-Maritime), samedi 30 août, leur collectif "Vive la gauche" pour faire valoir leurs vues.

"Les applaudissements du Medef ne seront jamais le critère de notre réussite", écrivent certains de ces socialistes dans un texte que s'est procuré Le Monde. Allusion à la déclaration d'amour du Premier ministre aux entreprises, qui a suscité une ovation des patrons.

"A oublier nos engagements, nous nous perdrons"

"La vocation de la gauche, c'est de porter l'espoir, non pas de risquer un renoncement continu, ou de s'excuser sans cesse de ce que nous sommes, écrivent ces élus, dont font partie les députés Christian Paul ou Laurent Baumel. A s'écarter de leurs engagements, les socialistes se divisent. A les oublier, nous nous perdrons."

Dans ce texte, les frondeurs proposent de soutenir à la fois l'offre et la demande avec "un plan d'urgence alliant un soutien ciblé aux entreprises, du pouvoir d'achat supplémentaire pour les familles et un maintien des capacités d'investissement local". D'après eux, face à "des politiques enlisées", "il y a urgence".