VIDEO. Primaire de la gauche : Benoît Hamon qualifie les piques de Manuel Valls de "vieille politique"

Manuel Valls a estimé qu'une victoire de Benoît Hamon à la primaire de la gauche reviendrait à une "défaite assurée" à la présidentielle.

FRANCE INTER

"Le choix entre la défaite assurée et la victoire possible", c'est ainsi que Manuel Valls a présenté le second tour de la primaire de la gauche. Benoît Hamon a rapidement réagi à cette pique, lundi 23 janvier sur France Inter. "Tout ça, c'est de la vieille politique, a-t-il dit. Si c'est ce genre d'arguments qui est utilisé, je les lui laisse." Benoît Hamon s'est défendu en affirmant ne pas avoir "dénigré qui que ce soit dans cette campagne". "Je suis ravi de débattre avec [Manuel Valls], j'espère qu'il aura un deuxième argument", a lancé le député des Yvelines.

>> Suivez les réactions après les résultats du premier tour dans notre direct

Benoît Hamon a également indiqué qu'il souhaitait construire un "vrai projet" politique "cohérent" : "J’ai voulu donner une armature à ce projet qui repose sur un pilier social fort, le revenu universel, la réduction du temps de travail, le partage du travail, mais aussi un pilier écologique fort."

"Vouloir la mort du PS ne fait pas un projet politique"

Selon lui, il faut en finir avec "ce discours d’impuissance" qui consiste à dire "on est là, c’est toujours mieux que si c’était la droite". " Aujourd’hui, il y a des dynamiques, un mouvement social, un mouvement citoyen, une aspiration à l’innovation sur le plan démocratique, sur le plan écologique", a-t-il poursuivi.

Par ailleurs, il s'est dit prêt à gouverner avec Emmanuel Macron ou avec Jean-Luc Mélenchon, car "sur le fond, le dialogue est possible". Il a toutefois nuancé : pour lui, "vouloir la mort du Parti socialiste ne fait pas un projet politique".

Benoît Hamon donne une conférence de presse après sa victoire au premier tour de la primaire de la gauche, le 22 janvier 2017 à Paris.
Benoît Hamon donne une conférence de presse après sa victoire au premier tour de la primaire de la gauche, le 22 janvier 2017 à Paris. (IRINA KALASHNIKOVA / SPUTNIK)