Reportage Présidentielle : "Christiane Taubira est notre dernier espoir" de rassembler la gauche, estiment ses soutiens à Lyon

Article rédigé par
De notre envoyé spécial à Lyon - Antoine Comte
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 5 min.
Christiane Taubira annonce sa candidature, à Lyon, le 15 janvier 2022. (JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)

L'ancienne garde des Sceaux a déclaré sa candidature, samedi à Lyon, devant quelques centaines de partisans. Les plus enthousiastes prédisent sa "victoire prochaine à la Primaire populaire", fin janvier, quand d'autres craignent que le temps soit déjà compté.

Christiane Taubira avait promis de clarifier ses intentions à la mi-janvier. C'est désormais chose faite. A deux mois du premier tour, elle sera bien candidate à l'élection présidentielle de 2022"Pour un gouvernement qui nous respecte. Pour un gouvernement d'une grande démocratie, débarrassé de tout fantasme monarchique. Pour satisfaire toutes ces exigences, je suis candidate à la présidence de la République", a lancé l'ancienne garde des Sceaux, samedi 15 janvier, à Lyon.

>> Présidentielle 2022 : comment l'espoir d'une primaire à gauche s'est (quasiment) envolé

Cette huitième candidature au sein d'une gauche explosée façon puzzle n'inquiète pas ses soutiens. Rassemblés sur l'esplanade de la montée de la Grande-Côte à la Croix-Rousse, un choix symbolique de la néo-candidate pour rendre hommage aux anciens ouvriers de ce quartier de la soie, les 350 Lyonnais présents étaient avant tout rassurés que leur championne se décide enfin à entrer dans la course à l'Elysée.

Etudiants, retraités, jeunes couples avec enfants, élus, militants... Tous avaient le même mot d'ordre : "Christiane Taubira est la seule qui peut encore rassembler la gauche et elle n'a pas besoin des partis politiques pour le faire".

"La gauche doit oublier ses ego"

Pour Coline, jeune mère de famille croix-roussienne, venue avec ses deux petites filles, "il est temps que la gauche oublie ses ego et se range derrière Christiane Taubira. Elle est le dernier espoir d'un rassemblement et peut-être, je l'espère, d'une grande victoire de la gauche le soir du second tour".

Pancarte rouge Taubira 2022 à la main, Valérie, qui milite pour le Parti radical de gauche (PRG), va encore plus loin. Pour cette retraitée qui a choisi de soutenir l'ancienne ministre de François Hollande parce que "c'est une femme de convictions qui a toujours fait des valeurs républicaines sa priorité", c'est "la victoire prochaine de Christiane Taubira à la Primaire populaire" qui lui donnera la légitimité de rassembler la gauche. "Cent cinquante mille personnes devraient voter à la primaire populaire, soit autant, voire plus que pour les primaires écologistes et de la droite. Cela apportera un vrai poids politique à Christiane Taubira si cette dernière l'emporte", se projette la Lyonnaise de 66 ans.

La Primaire populaire, cette initiative citoyenne qui élira le 30 janvier prochain l'un des candidats de la gauche sans passer par les partis politiques, Nina, Maéva et Ninon comptent bien y participer. Leur objectif ? "Faire gagner Christiane Taubira". Pour ces trois étudiantes de 26 ans en Master d'économie sociale et solidaire à l'université Lyon-2, l'ancienne ministre de la Justice a le mérite d'être la seule à bien vouloir se plier au verdict de ce scrutin inédit. "Ce que j'apprécie chez elle, c'est qu'elle fait l'effort de vouloir rassembler la gauche au lieu de faire de la récupération politique. Elle veut participer à la primaire et elle s'y tient. Ce n'est pas comme Anne Hidalgo qui change d'avis tous les deux jours", assure Nina.

Une candidature trop tardive ?

Mais pour certains Lyonnais qui n'auraient raté pour rien au monde la prise de parole de Christiane Taubira ce samedi matin, la tâche s'annonce très compliquée pour leur championne. Ils sont nombreux en effet à reconnaître qu'elle aura bien du mal à rassembler les autres partis derrière sa candidature, même en cas de victoire à la Primaire populaire.

"J'avoue qu'objectivement j'ai des doutes. Nous sommes à moins de 100 jours de la présidentielle et il n'y a toujours aucune volonté d'union à gauche. Même si je suis galvanisée par ses paroles et ses positionnements de ce matin, je reste très étonnée de cette déclaration de candidature tardive. Espérons que cela aura un effet de booster de dernière minute", lâche Julie, une enseignante venue en famille, qui envisage de voter lors de la Primaire populaire fin janvier.

D'autres, conscients aussi que l'union de la gauche n'aura sans doute jamais lieu, préfèrent s'en remettre à la personnalité de leur championne et à ses talents oratoires. "Elle a un discours apaisant et concret. Après tous les clivages et la vulgarité à laquelle on assiste dans cette campagne, notamment du côté des candidats d'extrême droite, je crois qu'on a vraiment besoin d'avoir une personne qui nous donne des sources d'apaisement et de faire ensemble", lance Clément, graphiste de 28 ans.

"Taubira porte haut les mots. Comme nous sommes abreuvés en permanence de discours de bas étages, ça fait du bien d'avoir une candidate de ce calibre-là pour représenter notre nation."

Sarah, danseuse professionnelle

à franceinfo

Même analyse du côté de Léa, une auto-entrepreneuse dans le design. "Son discours, on en a besoin car il fait du bien. C'est un discours humaniste de quelqu'un qui a défendu des causes très fortes et difficiles à faire accepter dans la société française, comme le mariage pour tous", sourit la jeune femme.

Un programme écologiste et de gauche

Certains de ses soutiens se rassurent en épluchant les premiers contours du programme de la candidate. Dans son discours, Christiane Taubira a voulu mettre en avant "les quatre priorités" de sa campagne présidentielle : la jeunesse, la justice sociale, l'écologie et la République. 

Parmi ses propositions, deux ont particulièrement retenu l'attention des Lyonnais présents. L'augmentation du smic à 1 400 euros net mensuels, mais surtout la mise en place d'un revenu pour les jeunes de 800 euros mensuels. "Elle m'a convaincue quand elle a parlé du revenu pour les étudiants, car elle a expliqué comment elle comptait le financer. C'était clair et très concret pour nous les jeunes", se réjouit Ninon, étudiante à Lyon-2.

"La vraie poussée de la gauche est derrière Taubira"

Un programme de gauche et écologiste qui plaît également beaucoup à cette militante écologiste qui a préféré quitter la campagne de Yannick Jadot pour rallier Christiane Taubira. Sophie est depuis devenue la référente de la campagne de la candidate à Lyon parce que "les écologistes et leur refus de s'allier avec la gauche ne représentent plus qu'eux-mêmes". Selon la jeune femme qui arbore une pancarte "les écolos avec Taubira", c'est aussi "par colère" qu'elle a choisi finalement Christiane Taubira. "J'aurais pu voter pour Yannick Jadot car je suis profondément écolo et de gauche. Mais il n'y a pas d'union derrière lui, la vraie poussée de la gauche, elle est derrière Taubira. Et ce n'est que le début."

Si, pour le moment, Christiane Taubira ne décolle pas dans les sondages, ses soutiens politiques et citoyens misent sur l'officialisation de sa candidature pour lancer au plus vite une dynamique autour de sa campagne. A moins de trois mois du premier tour, le temps presse. Thierry, un agent territorial de la métropole lyonnaise, veut malgré tout  y croire jusqu'au bout. "Nous avons enfin quelqu'un qui a une vraie envergure et une sincérité. Continuons à rêver avec elle, et mobilisons-nous !"

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Primaire de la gauche

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.