Primaire de la gauche : Vincent Peillon arrive seulement en quatrième position

Il pensait pouvoir profiter de l'espace politique inoccupé entre Manuel Valls d'un côté et les frondeurs de l'autre.

Vincent Peillon, candidat à la primaire de la gauche, le 14 janvier 2017 à Paris.
Vincent Peillon, candidat à la primaire de la gauche, le 14 janvier 2017 à Paris. (BERTRAND GUAY / AFP)

Son come-back surprise n'a pas été payant. Vincent Peillon ne termine qu'en quatrième position, dimanche 22 janvier, au premier tour de la primaire de la gauche

>> Résultats, réactions... Suivez en direct le premier tour de la primaire de la gauche

Quel score obtient-il ?

Avec seulement 6,82% selon des résultats partiels à 21h30 et portant sur 942 874 suffrages, Vincent Peillon termine loin derrière Benoît Hamon (36,12%), Manuel Valls (31,24%), et à plus de douze points du troisième, Arnaud Montebourg (17,69%).

Comment analyser ce résultat ?

Il pensait pouvoir profiter de l'espace politique inoccupé entre Manuel Valls d'un côté et les frondeurs de l'autre, pour incarner un point d'équilibre au sein du PS et de la gauche.

Mais parti très tard dans la course, Vincent Peillon n'a pas réussi à dissiper les soupçons d'improvisation liés à son entrée tardive en campagne, après deux années de mise en retrait de la politique nationale.

Que va-t-il faire pour le second tour ?

De par son positionnement au centre du parti, à mi-chemin entre Manuel Valls et la gauche du PS, difficile de deviner ce que compte faire Vincent Peillon. Pour décevants qu'ils soient, ses 6,82% pourraient avoir leur importance et faire pencher la balance du second tour d'un côté ou de l'autre, entre Benoît Hamon et Manuel Valls.

Dès les premiers résultats connus, Vincent Peillon a appelé les participants à la primaire de la gauche à "amplifier leur vote", estimant que, lors du premier tour, la participation "a été moyenne". Entre 1,5 et 2 millions de personnes se sont déplacées pour cette journée de vote. Il a refusé de soutenir l'un ou l'autre des candidats au second tour : "Je souhaite que le rassemblement, que j'ai mis au cœur de ma camapgne, soit le plus fort possible de telle sorte qu'il permette de battre la droite."