Primaire de la gauche : plusieurs journalistes ont pu voter deux fois

Des journalistes du "Monde" et de BuzzFeed ont constaté des failles dans l'organisation de la primaire de la gauche. Ils ont pu voter à deux reprises sans difficultés. 

Des personnes attendent de voter pour le premier tour de la primaire de la gauche, le 22 janvier 2017, à Marseille (Bouches-du-Rhône). 
Des personnes attendent de voter pour le premier tour de la primaire de la gauche, le 22 janvier 2017, à Marseille (Bouches-du-Rhône).  (BORIS HORVAT / AFP)

Des failles dans l'organisation de la primaire initiée par le PS : plusieurs journalistes ont réussi à voter, dimanche 22 janvier, à deux reprises. Deux journalistes du Monde, ayant changé d'adresse avant le 31 décembre 2016, ont ainsi pu voter dans leur nouveau bureau de vote ainsi que dans leur ancien bureau de vote.

>> Primaire de la gauche : suivez les réactions au lendemain du premier tour

Comment expliquer cette irrégularité ? Ils ont tout simplement présenté leur attestation d’inscription ou de demande d’inscription sur les listes électorales dans leur nouveau bureau de vote et ils ont été ajoutés à la main sur le registre des votants. Pour autant, ils ont également pu glisser un bulletin dans l'urne dans leur ancien bureau de vote, sans éveiller l'attention des assesseurs car les listes électorales ne seront actualisées qu'au 1er mars. 

"On m'a inscrite comme nouvelle votante, et hop"

Une journaliste de BuzzFeed raconte également sur Twitter qu'elle a voté deux fois à Paris, deux fois sans justificatif. "N'étant pas dans la liste d'émargement (inscrite fin octobre 2016 à Paris), on m'a laissée voter sans me demander de preuve d'inscription. Ils ont pris ma carte d'identité, ils m'ont ajoutée dans le cahier et m'ont demandé mon adresse mail. J'ai pu voter", écrit Assma Maad. 

Le Monde rappelle que ces irrégularités ne sont pas spécifiques à la primaire de la gauche : "Le même genre de failles avait par ailleurs été constaté lors de la primaire de la droite, également pour des problèmes de rattachement aux bureaux de vote."