DIRECT. Primaire de la gauche : "Je veux parler aux Français, pas au parti", déclare Manuel Valls

L'ancien Premier ministre lance sa campagne pour la primaire de la gauche dans le Doubs.

L\'ancien Premier ministre Manuel Valls en meeting à Audincourt (Doubs), le 7 décembre 2016.
L'ancien Premier ministre Manuel Valls en meeting à Audincourt (Doubs), le 7 décembre 2016. (SEBASTIEN BOZON / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Manuel Valls, candidat à la primaire de la gauche, est en campagne à Audincourt (Doubs), mercredi 7 décembre. L'ancien Premier ministre s'est dit "convaincu" que la gauche pouvait gagner l'élection présidentielle de 2017, mardi soir, sur France 2. Il a lancé un appel à une large participation à la primaire du PS, pour éviter que le seul noyau dur des électeurs socialistes participent.

Montebourg se pose en "rassembleur". En meeting à Dijon, l'ancien ministre de l'Economie, lui aussi candidat à la primaire de la gauche, a insisté sur l'urgence d'un large rassemblement pour contrer la droite : "Je veux être candidat de tous les peuples de gauche", a-t-il déclaré.

Une dizaine de candidatures. Alors que la primaire de la gauche débutera dans sept semaines, les candidatures se multiplient. Une dizaine de personnalités ont, ou sont sur le point, de déclarer leur candidature. L'ancien ministre de l'Education Vincent Peillon a fait savoir mercredi qu'il pourrait lui aussi tenter sa chance, tout comme la ministre de la Santé, Marisol Touraine, qui se prononcera "dans les prochains jours", selon son entourage.

Un retrait de Marie-Noëlle Lienemann ? La sénatrice Marie-Noëlle Lienemann a indiqué, mardi, qu'elle réfléchissait au retrait de sa candidature au nom de "l'unité" de l'aile gauche du PS.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #PRESIDENTIELLE

22h51 : "Madame, monsieur, Je vous écris au singulier, car je veux tenter de m'adresser à chacune, chacun d'entre vous. Cela me fait près de cent mille mercis à prononcer. Et ce n'est pas un pensum. Au contraire, la tentative d'accomplir cet exercice improbable me procure une joie fébrile, nourrie par ma curiosité naturelle pour les gens"

Christiane Taubira a réagi pour la première fois à la pétition lancée en faveur de sa candidature à la primaire de la gauche, en publiant une lettre-discours adressée à l'auteur de la pétition et à chacun des signataires, sur son compte Facebook.

21h19 : @bzh35 : Je viens de voir l'extrait vidéo et il semble que ce monsieur qui s'en prend à Hugo Clément soit énervé parce que le journaliste parle pendant que le public "est en train d'écouter un discours", puis l'hymne national.

21h16 : Bonsoir à tous. En savez vous un peu plus sur les raisons qui ont poussé un homme à agresser le journaliste de l'émission "Quotidien" Hugo Clément ?

21h03 : A la sortie de son meeting, dans le Doubs, une militante a interpellé Manuel Valls pour lui demander de "parler à Jean-Luc-Mélenchon".

19h53 : Cher @pro_Caldini (étrange ce pseudonyme) les candidatures sont ouvertes jusqu'au 15 décembre. Dans une semaine nous connaîtrons donc les noms de tous les candidats de la primaire de la gauche.

19h51 : Chère Camille, quelle est la date limite de dépôt des candidatures pour les primaires de la gauche ?

19h46 : Dans le Doubs, Manuel Valls a mis un peu de temps à susciter les applaudissements de son public, comme le relève notre journaliste Sophie Brunn.

19h29 : A Audincourt, Manuel Valls revient sur sa "responsabilité de rassembler" la gauche.

19h16 : Vincent Peillon se prépare à annoncer ce week-end sa candidature à la primaire de la gauche en vue de l'élection présidentielle. L'ancien ministre de l'Education nationale espère pouvoir incarner une troisième voie entre Manuel Valls et Arnaud Montebourg. Franceinfo revient sur cinq éléments du parcours de Vincent Peillon.


18h57 : Nous nous rendons tout de suite à Audincourt, dans le Doubs, où Manuel Valls a choisi de tenir son premier meeting de campagne. Notre journaliste Sophie Brunn est sur place.

18h45 : @anonyme : Il s'agit d'un jeune homme de 18 ans, originaire de Belfort, qui a reconnu avoir voulu faire une "blague" et a exprimé des regrets. Interpellé hier après-midi et présenté au parquet de Belfort, le jeune homme, qui n'était pas connu de la justice, va effectuer des travaux non rémunérés au profit de la collectivité ainsi qu'un stage de citoyenneté, selon France 3 Franche-Comté.

18h42 : Que sait-on de cet homme qui a cherché un tueur à gages sur Facebook pour tuer Valls ?

18h24 : Notre journaliste Sophie Brunn se trouve dans le Doubs, où se déroule le premier déplacement du candidat Manuel Valls.

16h47 : "Moi je veux être candidat de tous les peuples de gauche."

En campagne à Dijon, Arnaud Montebourg accuse Manuel Valls d'avoir "désarticulé la gauche". "C'est très difficile d'être rassembleur quand on a soi-même divisé", lance-t-il.

16h35 : Un jeune homme de 18 ans a été interpellé, hier, à Belfort, pour avoir recherché sur Facebook un "tueur à gages" afin de tuer Manuel Valls, en visite dans le Doubs. Il promettait une "rétribution de 1 000 euros". Interrogé par les enquêteurs, il a qualifié son annonce de "mauvaise blague".

15h02 : J'étais dans le train qui amenait Manuel Valls dans le Doubs, ce matin. L'ex-Premier ministre, qui se rend à Audincourt pour son premier déplacement de campagne, a réagi à la candidature prochaine de Vincent Peillon à la primaire PS. "Je ne sais pas s'il a un projet. Je ne vais pas le disqualifier d'un mot, d'une formule", a déclaré l'ex-Premier ministre, avant d'ajouter, au sujet d'un possible front anti-Valls : "On ne peut pas être candidat pour affaiblir, on n'est pas candidat contre quelqu'un."

14h39 : "C'est une candidature qui représente le cœur du Parti socialiste, à équidistance de Manuel Valls et des frondeurs."

Patrick Mennucci, soutien de Vincent Peillon, confirme la future candidature de l'eurodéputé socialiste à la primaire de la gauche.

13h16 : C'est @anonyme qui a trouvé la bonne réponse, sans le citer. En avril, dans un portrait de Libération, Vincent Peillon assurait qu'il ne briguerait pas de nouveau mandat électif. Et voilà qu'il s'apprête à annoncer sa candidature à la primaire de la gauche...

12h36 : Arnaud Montebourg a commis un impair ce matin sur franceinfo. Le candidat à la primaire de la gauche a oublié Fabienne Sintes, la journaliste qui l'interviewait aux côtés de trois collègues masculins. Voici la séquence.

(FRANCEINFO)

11h53 : Un député PS interrogé par Le Figaro n'est pas convaincu par la candidature de Vincent Peillon.

11h51 : Ce mercredi marque la première journée du candidat de la primaire de la gauche Manuel Valls. Il se rend à Belfort en TGV, en seconde classe.

11h22 : C'est vrai que cette question nous taraudait: mais pourquoi Peillon ne se presente-t-il pas aux primaires?! Ils vont bientot pouvoir constituer une equipe de foot!

11h21 : A gauche, il y aura bientôt plus de candidats à la primaire ou hors primaire qu'il n'y a de militants...

11h22 : Dans les commentaires, vous ironisez (déjà) sur la candidature de Vincent Peillon à la primaire de la gauche.

11h26 : Selon nos informations, l'ancien ministre de l'Education nationale Vincent Peillon doit annoncer sa candidature à la primaire de la gauche ce week-end.

10h27 : C'est officiel. Didier Guillaume, chef de file des sénateurs socialistes, et proche de François Hollande, est le directeur de campagne de Manuel Valls.

10h03 : Sylvain Pierre Durif, autoproclamé "Christ cosmique", est candidat à l'élection présidentielle. Il avait fait parler de lui lors de la soi-sidant fin du monde en 2012, à Bugarach dans l'Aude.

(SYLVAIN DURIF / YOUTUBE)

09h18 : Après un mandat comme président, François Hollande laisse une gauche éparpillée, traversée par des lignes de fracture profondes. Le Parti socialiste, autrefois hégémonique et garant de la capacité de la gauche à remporter des combats électoraux, a perdu une grande partie de son influence. Quelle est la responsabilité du chef de l'Etat dans ce marasme ? Je livre des éléments de réponse dans cet article.




(OLIVIER MORIN / AFP)

09h15 : Sylvia Pinel, candidate du Parti radical de gauche à la présidentielle, va peut-être changer d'avis et participer à la primaire de la gauche alors qu'elle comptait ne pas passer par cette case.