Cet article date de plus de quatre ans.

"Inachevé", "contrasté"... Comment les candidats de la primaire de la gauche jugent le bilan de François Hollande

Seuls Manuel Valls et Sylvia Pinel ont clairement défendu le bilan du quinquennat lors du premier débat de la primaire de la gauche.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les sept candidats à la primaire de la gauche, le 12 janvier 2017, lors du premier débat télévisé. (PHILIPPE WOJAZER / AFP)

Que pensent les sept candidats à la primaire de la gauche du quinquennat de François Hollande ? Invités lors du premier débat, jeudi 12 janvier, à le qualifier "en un mot", ils se sont montrés plutôt sévères, à l'exception de Manuel Valls et de Sylvia Pinel.

>> Les cinq moments forts du premier débat de la primaire de la gauche

"Difficile à défendre", "contrasté", "inachevé"...

Premier à répondre, Arnaud Montebourg a critiqué le bilan d'un quinquennat "difficile à défendre" et "qui a échoué sur le chômage". "Peut mieux faire", a estimé le président du Front démocrate, Jean-Luc Bennahmias. Le député écologiste François de Rugy a pour sa part évoqué un bilan "contrasté, en demi-teinte", tandis que Benoît Hamon a exprimé "un sentiment d'inachevé" et Vincent Peillon "un sentiment profond d'incompréhension avec le pays".

Prenant le contrepied de ces critiques, l'ancien Premier ministre a au contraire fait part de sa "fierté d'avoir servi les Français dans une période difficile, notamment avec le terrorisme". L'ancienne ministre du Logement, Sylvia Pinel, a enfin salué "un bilan qu'il convient de porter parce que beaucoup de réformes pour redresser le pays ont été entreprises".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Primaire de la gauche

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.