DIRECT. Primaire de la gauche : "Je ne m'épargnerai aucun effort pour rassembler la gauche", déclare Benoît Hamon

Avant la fin officielle de la campagne, vendredi soir à minuit, Manuel Valls et Benoît Hamon vont continuer à arpenter le terrain. 

Les deux finalistes de la primaire de la gauche, Benoît Hamon et Manuel Valls, lors du débat de l\'entre-deux-tours, le 25 janvier 2017 sur France 2.
Les deux finalistes de la primaire de la gauche, Benoît Hamon et Manuel Valls, lors du débat de l'entre-deux-tours, le 25 janvier 2017 sur France 2. (REUTERS)
Ce qu'il faut savoir

Ils jettent leurs dernières forces dans la bataille. Benoît Hamon et Manuel Valls continuent d'arpenter le terrain, au moins jusqu'à minuit, vendredi 27 janvier, pour le dernier jour de la campagne et avant le second tour de la primaire de la gauche.

Rassemblement. Benoît Hamon a assuré qu'il ne s'"épargnerai(t) aucun effort pour rassembler la gauche" s'il remportait dimanche la primaire de la gauche, vendredi lors de son dernier meeting de campagne à Lille.

Deux millions de votants espérés. Benoît Hamon et Manuel Valls, candidats à la primaire organisée par le PS, ont tous les deux affirmé vendredi espérer une participation plus importante pour le second tour du scrutin, souhaitant approcher les "deux millions" de votants, expliquent-ils dans Le Parisien.

Campagne trop courte pour Valls. Si les deux hommes ont globalement salué cette campagne, Manuel Valls l'a jugée "trop courte sans doute", regrettant de ne pas avoir eu assez de temps pour ce passage "entre le statut de chef de gouvernement et celui de candidat à la présidence".

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #PRESIDENTIELLE

23h34 : Marine Le Pen était en campagne aujourd'hui à Denain, dans le Nord. Elle est venue y délivrer un message particulier aux seniors.


(FRANCE 2)

21h37 : A-t-on des nouvelles du meeting de Valls ?

20h59 : Retour au Palais des sports Saint-Sauveur, à Lille, où Benoît Hamon donne son dernier meeting avant le second tour de la primaire.

20h16 : Benoît Hamon vient d'arriver sur la scène où il donne son dernier meeting, à Lille, avant le second tour de la primaire de la gauche.




(BENOIT HAMON/YOUTUBE)

18h18 : Des députés "réformateurs" - l'aile droite du PS - envisageraient un "droit de retrait", en cas de victoire de Benoît Hamon à la primaire, dimanche. Ils seraient une cinquantaine à y songer, selon l'un d'eux. En revanche, l'hypothèse d'un ralliement massif et immédiat à Emmanuel Macron semble s'éloigner, indique Ouest France.

17h51 : Bonsoir @ribou, l'hypothèse d'une mise en examen de François Fillon, dans l'affaire des soupçons d'emplois fictifs de son épouse Penelope, est juridiquement possible, mais elle semble peu probable en termes de calendrier et de procédure avant la présidentielle. Ouest France et L'Obs se penchent sur cet aspect du dossier.

17h51 : Si Fillon est mis en examen, que Juppé n'y va pas, qui représentera les Républicains?

18h05 : Marine Le Pen raille François Fillon, qui affronte une enquête judiciaire sur l'emploi présumé fictif de sa femme comme assistante parlementaire. "Un certain nombre de ses amis commencent à se poser la question de qui va le remplacer", s'amuse la candidate du FN à la présidentielle.

17h14 : Les résultats définitifs du premier tour de la primaire de la gauche sont faux, selon Marianne. L'hebdomadaire les a étudiés de près. Verdict : 22 bureaux de vote et 4 353 votes ont été comptabilisés en double, assure le magazine.

16h34 : Arnaud Montebourg a retrouvé Benoît Hamon, aujourd'hui, pour la première fois depuis sa défaite à la primaire de la gauche. "Je suis là pour soutenir Benoît, faire en sorte qu'il l'emporte", a expliqué le troisième homme du premier tour.




(FRANCE TELEVISIONS)

16h14 : Malgré les remous provoqués par les révélations sur son épouse, François Fillon poursuit sa campagne. Le candidat à la présidentielle assiste à un colloque consacré à Philippe Séguin aux Archives nationales. L'occasion de faire quelques allusions à l'affaire en cours.

16h10 : François Fillon n'est pas le premier candidat à la présidentielle à devoir faire face à des accusations. Il y a eu notamment l'affaire des diamants de Bokassa qui a perturbé la campagne de Valéry Giscard d'Estaing en 1981. Le Parisien vous raconte ces précédents.

15h57 : "C'est évident que c'est une boule puante qu'on lui lance dans les jambes pour essayer de le faire trébucher."

#FILLON "Ce ne sont pas ces sommes-là qui vont en faire un homme très riche." Dans son "journal de bord" en vidéo, le père de Marine Le Pen vole au secours de François Fillon, empêtré dans les soupçons d'emploi fictifs de sa femme, Penelope Fillon.

15h56 : "Cette campagne est absolument folle ! Si ça se trouve, dans quinze jours, ce gars n'est plus candidat..."

"Il y a plein de gens autour de moi qui sont indignés, ça met les nerfs à vif, et pas que pour l'aspect moral." Jean-Luc Mélenchon a donné son sentiment sur l'affaire Penelope Fillon, qui perturbe la campagne de François Fillon.

15h09 : Comment joindre l'utile à l'agréable. Jean-Luc Mélenchon est en campagne à Angoulême, au festival de la BD.

14h37 : Bonjour @anonyme, d'après Le Figaro, 80 radicaux de gauche ont lancé un appel à se rallier à Emmanuel Macron. La direction du Parti radical de gauche n'a pas apprécié. Elle appelle, elle, à soutenir Manuel Valls.

14h37 : Bonjour, il semblerait que des élus du PRG auraient rejoint Macron? Avez vous des infos ?

14h25 : Ce sont les hasards de la campagne. Selon une photographe de Libération, François Fillon et Benoît Hamon se sont croisés, hier soir, à TF1. Les deux candidats ont échangé une poignée de mains et un sourire poli.

14h26 : Les rivaux d'hier sont les alliés d'aujourd'hui. Benoît Hamon et Arnaud Montebourg affichent leur amitié retrouvée, à l'occasion d'un déplacement dans une pépinière d'entreprises, à Paris.

12h56 : Jean-Luc Mélenchon n'a pas rencontré que des partisans ,ce matin, à Périgueux, en Dordogne. Le candidat a été interpellé par des cheminots du Technicentre du quartier du Toulon, manifestant pour la sauvegarde de leurs emplois. L'échange a été particulièrement tendu.

(SUD OUEST / DAILYMOTION)

12h49 : Benoît Hamon et Manuel Valls ont rassemblé leurs partisans, hier soir en région parisienne. Franceinfo compare les deux meetings qui se sont tenus à trois jours du second tour de la primaire de la gauche.

franceinfo geste manuel valls benoit hamon


11h52 : Elle n'a "jamais pensé" à une carrière politique. C'est ce qu'affirmait Penelope Fillon en 2002. Une citation bien embarrassante alors que son mari expliquait, hier, qu'elle "travaille avec [lui] depuis toujours". Dans cet article, je vous rappelle quatre moments où Penelope Fillon a affirmé qu'elle ne s'impliquait pas en politique.

Penelope Fillon assiste à une conférence de presse à Paris, le 15 novembre 2016.

(PATRICE PIERROT / CITIZENSIDE / AFP)

11h31 : Tout cela donne juste envie de réécouter Brassens !

12h03 : "La question ne se pose pas aujourd'hui. François Fillon n'est pas en situation de se retirer."


Une précision sur la citation d'Alain Juppé, qui affirmait tout à l'heure exclure d'être un recours en cas de renoncement de François Fillon. Le maire de Bordeaux, qui répondait à des journalistes, a bien précisé qu'il se prononçait "à l'instant t". "Aujourd'hui à l'instant 't', la question ne se pose pas." Une déclaration finalement pas si définitive que ça.

11h21 : Voici les articles sur lesquels mes collègues travaillent aujourd'hui :

• Clément Parrot dresse un long portrait de Benoît Hamon, et Catherine Fournier un quiz sur sa vie.

• Violaine Jaussent est à la recherche de femmes ou maris d'élus qui travaillent pour leur conjoint.

Marie-Adélaïde Scigacz explique pourquoi la salle de presse de la Maison Blanche est devenu un champ de bataille depuis l'élection de Donald Trump.

10h51 : Egalement joint par franceinfo, le député de Paris Christophe Caresche est plus ambigu. Lui aussi cité par Europe 1 parmi les auteurs de cette supposée lettre de soutien à Emmanuel Macron, il explique que "jusqu'à dimanche, je ne souhaite pas m'exprimer là-dessus."

11h12 : Des députés vallsistes s'apprêtent-t-ils à rallier Emmanuel Macron ? Europe 1 affirme qu'une lettre sera publiée en début de semaine, après la primaire, pour l'annoncer. "C'est complètement faux", répond à franceinfo un des supposés auteurs, le député de l'Eure François Loncle. Qui indique que Les Réformateurs, le courant du PS qui soutient l'ex-Premier ministre, se réuniront mardi.

10h27 : Sur Twitter, Cécile Duflot se demande si cette promesse d'Alain Juppé de ne pas être un recours serait toujours d'actualité si François Fillon renonçait effectivement. Et adresse un clin d’œil à sa propre famille politique, où ce genre de retournements de situation est manifestement courant.

11h18 : "La primaire a eu lieu et les électeurs se sont prononcés", a expliqué Alain Juppé à des journalistes de la presse régionale. Hier, François Fillon a affirmé qu'il renoncerait à l'élection si jamais il était mis en examen dans l'affaire des soupçons d'emploi fictif de son épouse.

10h16 : #FILLON Alain Juppé exclut "clairement et définitivement" d'être un recours si François Fillon renonçait à être le candidat des Républicains à l'élection présidentielle.

10h12 : Hier, Michel Crépu avait jugé "totalement extravagante" et "pas plausible" une affirmation du propriétaire de la revue, Marc Ladreit de Lacharrière, selon laquelle Penelope Fillon devait en partie sa rémunération à une mission de "réflexion stratégique informelle" qui lui aurait été confiée entre 2012 et 2013.

10h22 : L'ex-directeur de La Revue des deux mondes Michel Crépu est arrivé à l'Office central de lutte contre les affaires financières et fiscales à Nanterre, selon le journaliste de franceinfo sur place. Il répondra aux questions sur la rémunération de Penelope Fillon comme collaboratrice de la revue.

10h07 : Bonjour @matou. J'imagine que vous connaissez déjà la réponse : en meeting hier, le candidat à la primaire socialiste s'est dit "fier qu'ils m'appellent Bilal". "Je serais fier qu'ils m'appellent Eli, David, peu importe, mais tous ces noms qu'ils détestent, eux les antisémites, eux les racistes", a-t-il poursuivi.

(FRANCEINFO)

10h00 : Bonjour, quelle a été la réaction de Benoit Hamon en réponse au surnom de "Bilal Hamon" que lui a attribué la "fachosphère" ?

09h45 : Venu à la rencontre de cheminots manifestant à Périgueux, Jean-Luc Mélenchon s'est emporté contre l'un d'eux, qui exprimait son rejet de la classe politique. "J'use ma vie à vous défendre. (...) Va voir les mecs de droite, c'est eux qui vous ont mis dans la merde, c'est le PS qui vous a mis dans la merde", a répondu le candidat à la présidentielle, filmé par Sud Ouest.

(SUDOUEST.FR / DAILYMOTION)

09h36 : L'affaire Penelope Fillon a donné des sueurs froides à certains députés, selon BFMTV. La chaîne affirme qu'une dizaine d'entre eux a appelé, depuis mercredi, la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, auprès de laquelle ils doivent déclarer le nom de leurs collaborateurs. Le but de leurs appels : modifier leur déclaration et mettre un terme aux contrats de certains de leurs collaborateurs.

09h23 : Pour Ségolène Royal, François Fillon, qui a rémunéré son épouse Penelope comme assistante parlementaire pendant plusieurs années, devrait s'appliquer à lui-même les "sacrifices" qu'il demande aux Français.


09h16 : Invité de BFMTV, ce matin, Manuel Valls a promis d'être loyal à Benoît Hamon si celui-ci remportait la primaire de la gauche, dimanche. Mais il ne défendra pas le programme de son rival, qu'il combat pour l'instant avec virulence.

09h01 : "On aurait pu avoir de la fraude, on aurait pu avoir des attaques informatiques, on en a eu d'ailleurs, elles ont toutes été arrêtées par les pare-feu qui ont été extrêmement efficaces."


Le président de la Haute Autorité de la primaire de la gauche, chargée de contrôler l'intégrité du scrutin, affirme que des pirates informatiques ont visé le scrutin. Ces attaques "ne sont pas venues de la France", explique Thomas Clay, qui promet d'en dire plus "à partir de lundi".