Universités : les étudiants de la Fage satisfaits du nouveau master sur les rails

La ministre de l’Education et de l’Enseignement supérieur envisage une réforme du master universitaire à la rentrée 2017. La Fédération des associations générales étudiantes (FAGE) en apprécie les orientations pressenties.

La ministre de l\'Enseignement supérieur souhaite réformer le master, l\'après bac+3, à l\'université (illustration)
La ministre de l'Enseignement supérieur souhaite réformer le master, l'après bac+3, à l'université (illustration) (STEPHANIE PARA / MAXPPP)

La ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche devrait proposer en octobre les grandes lignes d’une réforme en vue d'une application à la rentrée 2017. Dans un entretien accordé au quotidien Les Echos ce lundi, la ministre Najat Vallaud-Belkacem précise les nouvelles règles du jeu à l’étude. Interrogé par franceinfo, le président de la Fédération des associations générales étudiantes (Fage), Alexandre Leroy, estime que les propositions sur la table vont dans le bon sens.

Mieux approcher la réalité économique

Selon la ministre Najat Vallaud-Belkacem, "les universités doivent pouvoir recruter à l'entrée du master et non pas en milieu de master". Le président de la Fage, Alexandre Leroy, relève que "le master sera plus ambitieux pédagogiquement si on arrive à avoir cette réforme".

"Aujourd’hui" dit-il "le master est un peu coupé à la hache entre deux années, le M1 et le M2. Il devrait être pourtant un cursus cohérent sur quatre semestres pour donner davantage de lisibilité aux étudiants, au monde économique et aux employeurs"

Moins de sélection après bac+3

La ministre de l’Enseignement supérieur veut que "tout titulaire de licence doit se voir proposer une poursuite d'études en master s'il le souhaite". Pour la Fage, il s’agit d’"un point fondamental et même préalable à la réforme". Alexandre Leroy estime que le projet est de nature à effacer "une sélection très peu cadrée à l’entrée du M2". Des étudiants évincés lors de la sélection en master avaient porté l'affaire devant le Conseil d'Etat. Ils avaient obtenu gain de cause en février dernier. 

La Fage espère que "la réforme pourra aboutir avant la fin de l’année parce que le sujet est devenu intenable depuis déjà au moins deux ans".

Najat Vallaud-Belkacem souhaite réformer le master pour la rentrée 2017: la réaction d'Alexandre Leroy, président de la Fage interrogé par Célia Quilleret
--'--
--'--