Municipales : le PS et LR ont-ils sauvé leurs fiefs?

À droite, il y a plus de défaites que de victoires dans les grandes villes. Du côté des socialistes, on veut surtout retenir les conquêtes, comme la ville de Nancy (Meurthe-et-Moselle) ou la victoire franche à Paris.

France 3

Tout sourire sur le parvis de l'hôtel de ville de Paris, Anne Hidalgo (PS) est réélue. La capitale reste à gauche. Les socialistes conservent d'autres bastions, comme Lille (Nord), où Martine Aubry devra composer avec une courte majorité. Rennes (Ille-et-Vilaine), Nantes (Loire-Atlantique), Le Mans (Sarthe), Dijon (Côte-d'Or) et Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) restent également en rose. La gauche s'offre aussi quelques conquêtes, dont Nancy (Meurthe-et-Moselle).

Implantation locale

Le bilan est plus nuancé pour Les Républicains, qui encaissent des pertes douloureuses à Bordeaux (Gironde), Marseille (Bouches-du-Rhône), dont le sort est encore incertain, mais aussi Périgueux (Dordogne). En revanche, la droite conserve Toulouse (Haute-Garonne), Nîmes (Gard), Toulon (Var) et Saint-Étienne (Loire). Enfin, elle rafle Orléans (Loiret) et Metz (Moselle). Finalement dimanche 28 juin, les partis traditionnels ont su conserver leur implantation locale. 

Le JT
Les autres sujets du JT
La maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, annonce sa réélection devant l\'hôtel de ville, au soir du second tour des élections municipales, le 28 juin 2020.
La maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, annonce sa réélection devant l'hôtel de ville, au soir du second tour des élections municipales, le 28 juin 2020. (JOEL SAGET / AFP)